Aller au contenu principal

Les unités agricoles avec effluents ne font pas flamber le prix du maïs

Les éleveurs critiquent les unités utilisant trop de cultures énergétiques, qui entrent en compétition pour le fourrage et le foncier.

En Allemagne, les méthaniseurs agricoles incorporent bien plus de maïs qu'en France, et entrent en concurrence avec la valorisation fourragère. © C. Pruilh
En Allemagne, les méthaniseurs agricoles incorporent bien plus de maïs qu'en France, et entrent en concurrence avec la valorisation fourragère.
© C. Pruilh

La France encadre l'usage des cultures principales à vocation alimentaire. Elles ne peuvent pas représenter plus de 15 % du volume total des matières entrant dans le digesteur. « En Bretagne, en moyenne dans les unités de méthanisation agricole, il y a 7 % des matières qui sont du maïs culture principale. À part quelques tensions en local, ce ne sont pas ces unités-là qui font flamber le prix du maïs », estime Jean-Marc Onno, coprésident de l'Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF).

En Bretagne, 7 % de maïs en moyenne

Certains projets de céréaliers utilisent 15 % de cultures principales, des Cive (cultures intermédiaires à vocation énergétique), des coproduits et des déchets. « Dire que ce sont eux qui font flamber les prix des fourrages me semble exagéré, car c'est un mauvais calcul économique pour un méthaniseur. Par contre, il y a un effet de surenchère pour les coproduits (drèches, fanes) car on sait que les méthaniseurs les payent plus cher que les éleveurs », analyse Philippe Collin, de l'AAMF.

Par contre, certains sites industriels, qui ne sont donc pas liés à la PAC et n'ont donc pas les contrôles d'assolement qu'ont les agriculteurs, détournent du maïs culture principale en déchet végétal, pour aller au-delà des 15 %. « Nous demandons à ce que ce cadre des 15 % soit contrôlé », insiste l'AAMF.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière