Aller au contenu principal
Font Size

Les P'tits Milkshakes de McDonald's sont au lait bio de Biolait

P'tit Milk shake au lait bio
© McDonald's

Depuis le 12 novembre, l'accord conclut entre la SAS Biolait (premier collecteur de lait bio en France) et McDonalds, entre dans le concret avec les P'tits Milkshakes à 2 euros qui sont proposés dans les 1 470 restaurants McDonalds en France.

Le contrat a été signé pour un an et porte sur 4,5 millions de litres de lait. "Ce contrat nous permet de valoriser plus de protéines et contribue à notre équilibre matière ; c'est important pour nous", souligne Ludovic Billard, président de Biolait.

La première transformation de ce lait aura lieu à la laiterie Verneuil, en Touraine. La poudre de lait et la crème seront ensuite transformées en milkshake glacé en Belgique, par la coopérative néerlandaise FrieslandCampina. Celle-ci est un partenaire historique de McDonald's.

Biolait optimiste pour son prix du lait

L'objectif de Biolait est de pratiquer un prix du lait TPQC (toutes primes et qualité confondues) de 450 €/1000 l minimum pour tous ses adhérents (environ 1300 fermes). "Notre message pour produire moins de lait au printemps est bien passé ; les éleveurs ont joué le jeu. Cela a contribué à réduire nos excédents de printemps et les déclassements. D'autre part, la consommation a été très bonne, meilleure que ce l'on pensait. Et elle continue de se développer. Au final, nous sommes plus optimistes pour le prix du lait 2019, qui sera au moins égal à celui de 2018 (Prix de base 2018 : 436 €. Prix payé 2018 : 450 €/1000 l), voire supérieur."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière