Aller au contenu principal

Les prix des tourteaux se détendent un peu

La demande baisse. Le prix du non-OGM diminue, mais attention au manque de visibilité sur l'offre.

Le soja non-OGM de la mer noire n'arrive plus à cause de la guerre en Ukraine.
Le soja non-OGM de la mer noire n'arrive plus à cause de la guerre en Ukraine.
© C. Pruilh

A la mi-mai, le prix du tourteau de soja conventionnel (OGM donc) était revenu à son niveau de début d'année - environ 500 €/t - après un pic au mois de mars, dû à de la spéculation. Il reste au-dessus de son niveau d'avril 2021 (420 €/t). « Nous n'identifions pas de soucis d'approvisionnement », rassure François Cholat, président du Snia, syndicat national de l'industrie de la nutrition animale.

Peu d'origines possibles en non-OGM

Le prix du tourteau de soja garanti non-OGM a baissé entre avril et la mi-mai (de environ 840 à 760 €/t, départ Montoir), mais reste élevé. L'écart de prix avec le conventionnel, appelé la prime au non-OGM, tourne autour de 260 €/t. Et attention ! L'offre en tourteau de soja garanti sans OGM reste incertaine. « On navigue à vue, au mois le mois. Un cargo est venu du Nigeria ; leur reste t-il du non-OGM pour les prochains mois ? On ne sait pas. L'Inde n'exporte plus. Au Brésil, il n'y a que 2% des surfaces consacrées au non-OGM », souligne François Cholat. Le soja non-OGM de la mer noire n'arriverait plus à cause de la guerre en Ukraine. Et l'Europe de l'Ouest produit encore très peu par rapport à ses besoins.

Enfin, le prix du tourteau de colza au départ de Montoir (11 mai) baisse depuis le pic de mars à 520 €/t pour atteindre 435 €/t. Ce prix reste au-dessus de celui de janvier (400 €/t) et du printemps 2021 (340 €/t).

Les arrêts d'élevage pèsent sur la demande

« La détente des prix reflète la baisse de la demande en tourteaux, qui est essentiellement due à la grippe aviaire et aux arrêts d'élevages en porcs, volailles, ainsi qu'en ruminants. Nous estimons cette baisse à un million de tonnes d'aliments (dont non-OGM), indique Français Cholat. Les tentatives des éleveurs pour réduire les quantités distribuées ne pèsent pas sur les volumes vendus. Les éleveurs n'ont en effet pas forcément intérêt à réduire la production laitière, ni à prendre de risque pour la carrière de leurs vaches. » Enfin, la demande chinoise devrait baisser avec les confinements dus au Covid-19 en Chine.

Les plus lus

Fabien Christophe du Gaec du Pauvre homme, en Moselle. "Le repousse fourrage, nous l'amortissons chaque jour !"
"Le repousse-fourrage me fait économiser un an de travail jusqu'à la retraite !"
Fabien Christophe du Gaec du Pauvre homme, en Moselle ne regrette pas d'avoir investi dans un repousse-fourrage automatique. Il…
Beurre
Prix du lait : ce que le nouvel indicateur beurre-poudre va changer
Après des mois de discussions au sein de l’interprofession laitière, les collèges ont réussi à s’accorder sur une nouvelle…
Benoît Décultot. « Cette technique m’a permis de réduire mon temps de traite en hiver sans pénaliser mon chiffre d’affaires, parce que la baisse de production par vache n’est pas significative. »
« J’ai supprimé une traite sur quatre en hiver pour mes vaches laitières »
Installé en bio à Saint-Jouin-Bruneval, en Seine-Maritime, Benoît Décultot a choisi de réaliser trois traites sur deux jours en…
Jessy Trémoulière sur la ferme familiale de Haute-Loire.
Jessy Tremoulière arrête sa carrière internationale de rugby pour s’installer sur la ferme laitière familiale
La joueuse de rugby arrêtera avec l’équipe de France après le Tournoi des Six Nations pour prendre la suite de son père sur l’…
Les syndicats de producteurs mettent la pression en Irlande et en Allemagne pour que le prix du lait ne baisse pas trop car le niveau des charges reste très élevé dans les fermes.
Les prix du lait de janvier baissent chez nos voisins nordiques
Dans le sillage de la baisse des cotations laitières, le prix du lait de quelques laiteries du nord de l'Europe est annoncé en…
Lactalis dénonce une forte distorsion de concurrence entre les laiteries qui intègrent ou non des indicateurs de coûts de production.
Prix du lait : Lactalis tacle à demi-mot Sodiaal
Si Lactalis se vante d’augmenter le prix du lait pour permettre aux éleveurs de couvrir la hausse de leurs charges, elle demande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière