Aller au contenu principal
Font Size

Les plaies ne sont pas les seules causes d'anémie chez la vache

Lorsqu’un animal n’est pas en train de saigner, la pâleur, signe d’un manque important de globules rouges donc d’anémie, saute rarement aux yeux de prime abord.

Entrée des naseaux et pourtour du mufle anormalement pâle…  © J.-M. Nicol
Entrée des naseaux et pourtour du mufle anormalement pâle…
© J.-M. Nicol

Vous ne voyez pas la pâleur tout simplement parce que cet animal manifeste en même temps d’autres signes plus évidents et qui occupent le « devant de la scène » comme une baisse de production de lait, une hésitation à se lever, une fatigue anormale, parfois un essoufflement à l’effort… Rien qui puisse vous mettre sur la piste de cette anémie. Il faudra faire le tour de la bête en procédant à son examen systématique pour constater que la muqueuse de la conjonctive oculaire ou que la muqueuse vulvaire est anormalement blanche. Il est cependant des cas où la pâleur se remarque de loin parce que l’entrée des naseaux, les trayons et la peau de la mamelle n’ont pas leur teinte habituelle, et dans ces cas-là ce sont plus de 50 % des globules rouges qui ont déjà disparu. Mais où ?

Il y a d’abord des plaies peu apparentes qui saignent au pâturage ou des plaies bien identifiées qu’on ne s’attendrait pas à voir saigner si abondamment. Une petite plaie, par exemple, de la mamelle qui déchire un vaisseau superficiel est bien capable de faire perdre beaucoup de sang jusqu’à l’heure de la traite. Mais il y a aussi ces plaies, situées entre les quartiers avant, que la vache se met à lécher. Dans un cas, le sang reste dans le pré à l’endroit où elle se couche, tandis que dans l’autre, elle l’avale… Il y a parfois le saignement massif d’un ulcère de la caillette, nettement plus fréquent au printemps, ou d’un syndrome jéjunal que vous ne voyez pas tant que la bouse ne devient ni rouge ni comme du goudron en présence du sang. Et pour finir le tour des troubles susceptibles d’anémier fortement une bête au pâturage, il faudra aussi penser au « pissement de sang » ou babésiose et à sa cousine l’anaplasmose. Une chose reste à peu près certaine à ce stade, et quelle que soit la cause de cette anémie sévère : cette vache aura sans doute besoin d’une transfusion sanguine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière