Aller au contenu principal

Les livreurs Lactalis de l'Ouest peuvent obtenir des volumes

© E. Bignon

Le transfert de volume contractuel est à nouveau possible, jusqu'au 1er avril, pour les exploitations livrant Lactalis dans  l'Ouest. En 2017 et 2018, il n'y avait plus de possibilité de transfert de gré à gré de volumes contractuels : les volumes libérés lors d'une cessation sans reprise ou d'un départ à la concurrence revenaient à 100 % à Lactalis. Et il n'y avait plus d'attributions de volumes, à l'exception des installations des jeunes. Rappelons que dans le cas d'une reprise à l'identique, le repreneur récupère la totalité du volume du cédant.

Pour 2019, Lactalis a accepté de permettre à nouveau le transfert de gré à gré entre un cédant et un producteur souhaitant augmenter son volume contractuel. Mais il préleve 30 % du volume du cédant, pour alimenter les attributions aux jeunes (150 000 l sur deux ans), pour donner du volume supplémentaire aux éleveurs qui s'engagent en filière non OGM, et pour réduire le volume contractuel global de Lactalis en France.

L'APLBL et l'OPNC, en accord avec Lactalis, ont opté pour un prélèvement supplémentaire, de 20 %. Le but est d'alimenter une réserve qui attribuera des volumes aux éleveurs adhérents de l'OP. Ce dispositif est en test ; il a démarré en novembre dernier et prendra fin au 1er avril, avant son évaluation et une possible reconduction pour la campagne suivante. " Au vu des premiers dossiers traités, on peut déjà dire que le dispositif de transfert répond aux attentes des producteurs qui n'ont pas pu évoluer ces deux dernières années. Les attributions complémentaires redistribuées en début de campagne prochaine complèteront le dispositif ", indique Fabrice Dehayes, président de l'APLBL.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière