Aller au contenu principal

Label bas carbone
Les entreprises achètent aussi les cobénéfices des crédits carbone

En achetant des crédits carbone, l'objectif des entreprises est d’apporter leur contribution à un projet et d’aider les agriculteurs à prendre le risque de la transformation.

Logo label bas carbone
Créé par le ministère de la Transition écologique avec de nombreux partenaires, le Label bas-carbone a pour objectif de contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques de la France.
© Ministère de l'écologie

L’offre de crédits carbone est actuellement surtout internationale. D’où l’idée de développer un cadre national avec le label Bas Carbone pour valoriser les actions en faveur du climat en France. Ceci pour tous les secteurs, pas uniquement l’agriculture. « L’État donne un cadre référentiel, apporte une garantie du fonctionnement des systèmes mais laisse les filières définir leur méthodologie », a expliqué Julien Viau du ministère de la Transition écologique et solidaire lors d’une conférence au Salon de l’agriculture. Nous travaillons avec des experts pour s’assurer que ces méthodologies sont additionnelles, et qu’elles comptent bien du C02 vraiment évité ».

Toutes les informations concernant les projets validés figurent sur le site du ministère (nombre de tonnes de CO2, financé ou en recherche de financement…) sur une page dédiée. Les entreprises ont la possibilité de prendre contact pour contractualiser, et les porteurs de projets pour faire valider leur méthodologie et leur projet.

Lire aussi l'article sur le projet de l'association France carbon agri pour les filières ruminants.

Donner de la valeur à la tonne de carbone

« Ce qui est important pour les entreprises, ce sont les cobénéfices du carbone : elles sont à la recherche de projets plus vertueux sur l’ensemble des aspects environnementaux pour donner de la valeur à cette tonne de CO2 », affirme-t-il. Un avis partagé par Jean-Pierre Rennaud, président du conseil scientifique de Planet A, en charge d’un fonds d’investissement sur le carbone : «  Les entreprises veulent acheter des crédits carbone mais elles voudront aussi s’engager avec l’agriculture à plusieurs niveaux : dans des logiques de sécurisation des filières dans lesquelles elles sont impliquées, et dans des logiques territoriales. » Leur objectif est d’apporter leur contribution à un projet et d’aider les agriculteurs à prendre le risque de la transformation vers la transition écologique. C’est aussi la durabilité : « l’achat du carbone doit être fait dans le pas de temps de la reconstitution du potentiel carbone. Les entreprises vont s’engager sur dix ou vingt ans ».

Pas un mécanisme de greenwashing !

« L’agriculture semble être un pourvoyeur extraordinaire de potentiel carbone , estime-t-il : si 45% de l’agriculture française passait en agriculture de conservation, on arriverait à compenser les émissions de voitures en France. On n’est pas sur des petits projets !».

Mais une chose est sûre, les opérateurs cherchent d’abord à réduire leurs émissions, avant d’engager la compensation. « Aucune entreprise ne veut se retrouver dans un mécanisme de compensation qui serait du green washing : l’impact pour l’image serait catastrophique », met en avant Carmen Munoz , présidente de Planet A.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière