Aller au contenu principal
Font Size

Label bas carbone
Les entreprises achètent aussi les cobénéfices des crédits carbone

En achetant des crédits carbone, l'objectif des entreprises est d’apporter leur contribution à un projet et d’aider les agriculteurs à prendre le risque de la transformation.

Logo label bas carbone
Créé par le ministère de la Transition écologique avec de nombreux partenaires, le Label bas-carbone a pour objectif de contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques de la France.
© Ministère de l'écologie

L’offre de crédits carbone est actuellement surtout internationale. D’où l’idée de développer un cadre national avec le label Bas Carbone pour valoriser les actions en faveur du climat en France. Ceci pour tous les secteurs, pas uniquement l’agriculture. « L’État donne un cadre référentiel, apporte une garantie du fonctionnement des systèmes mais laisse les filières définir leur méthodologie », a expliqué Julien Viau du ministère de la Transition écologique et solidaire lors d’une conférence au Salon de l’agriculture. Nous travaillons avec des experts pour s’assurer que ces méthodologies sont additionnelles, et qu’elles comptent bien du C02 vraiment évité ».

Toutes les informations concernant les projets validés figurent sur le site du ministère (nombre de tonnes de CO2, financé ou en recherche de financement…) sur une page dédiée. Les entreprises ont la possibilité de prendre contact pour contractualiser, et les porteurs de projets pour faire valider leur méthodologie et leur projet.

Lire aussi l'article sur le projet de l'association France carbon agri pour les filières ruminants.

Donner de la valeur à la tonne de carbone

« Ce qui est important pour les entreprises, ce sont les cobénéfices du carbone : elles sont à la recherche de projets plus vertueux sur l’ensemble des aspects environnementaux pour donner de la valeur à cette tonne de CO2 », affirme-t-il. Un avis partagé par Jean-Pierre Rennaud, président du conseil scientifique de Planet A, en charge d’un fonds d’investissement sur le carbone : «  Les entreprises veulent acheter des crédits carbone mais elles voudront aussi s’engager avec l’agriculture à plusieurs niveaux : dans des logiques de sécurisation des filières dans lesquelles elles sont impliquées, et dans des logiques territoriales. » Leur objectif est d’apporter leur contribution à un projet et d’aider les agriculteurs à prendre le risque de la transformation vers la transition écologique. C’est aussi la durabilité : « l’achat du carbone doit être fait dans le pas de temps de la reconstitution du potentiel carbone. Les entreprises vont s’engager sur dix ou vingt ans ».

Pas un mécanisme de greenwashing !

« L’agriculture semble être un pourvoyeur extraordinaire de potentiel carbone , estime-t-il : si 45% de l’agriculture française passait en agriculture de conservation, on arriverait à compenser les émissions de voitures en France. On n’est pas sur des petits projets !».

Mais une chose est sûre, les opérateurs cherchent d’abord à réduire leurs émissions, avant d’engager la compensation. « Aucune entreprise ne veut se retrouver dans un mécanisme de compensation qui serait du green washing : l’impact pour l’image serait catastrophique », met en avant Carmen Munoz , présidente de Planet A.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière