Aller au contenu principal

Les détecteurs de chaleur améliorent-ils la reproduction ?

C’est la première fois qu’une étude menée en France, sur 61 élevages, objective l’évolution des performances de reproduction des troupeaux équipés de détecteurs de chaleur. La fécondité s’améliore, mais pas la fertilité.

 La majorité des élevages qui ont investi dans un détecteur de chaleur ne reviennent pas en arrière.
La majorité des élevages qui ont investi dans un détecteur de chaleur ne reviennent pas en arrière.
© F. Mechekour

Les troupeaux s’agrandissent et la détection automatisée des chaleurs est de plus en plus plébiscitée par les éleveurs pour faciliter le travail. Mais permet-elle pour autant d’améliorer les performances de reproduction ? Les fournisseurs annoncent régulièrement un gain d’une quinzaine de jours sur l’intervalle vêlage-vêlage (IVV). Mais qu’en est-il réellement sur le terrain ?

Lire aussi : «J'utilise des boucles auriculaires et des colliers »

Pour la première fois, une étude indépendante a mesuré l’évolution des performances de reproduction dans des élevages qui se sont équipés de détecteurs de chaleur, qu’il s’agisse de colliers ou de podomètres. « L’objectif n’était pas de comparer les performances des détecteurs de différentes marques entre eux, mais de mesurer objectivement quel était l’impact de l’utilisation de ce type d’équipement sur la repro, présente Jean-Jacques Beauchamp, de la chambre d’agriculture de Normandie. À l’échelle de la région(1), nous avons donc cherché à repérer le maximum d’élevages qui s’étaient équipés de détecteurs pour la première fois entre 2014 et 2017, et pour lesquels on pouvait analyser les résultats de repro deux à trois ans avant et après l’investissement. » En tout, l’étude a porté sur 61 élevages.

Un gain sur la fécondité, pas d’impact sur la fertilité

Premier constat : on observe effectivement une amélioration de l’IVV. Dans l’étude, elle correspond à 11 jours, soit un peu moins que les données mises en avant d’habitude. Mais là n’est pas l’essentiel. Ce qui se révèle plus embêtant, c’est que ce critère, régulièrement utilisé pour chiffrer l’impact économique de l’amélioration de la détection, peut aussi varier en fonction de la politique de renouvellement du troupeau. « En effet, l’IVV compare deux populations de vaches (celles ayant vêlé en année N et celles ayant vêlé en année N+1) qui ne sont pas les mêmes, notamment en raison de réformes qui peuvent justement être liées à des problèmes de repro, ce qui constitue un biais en soi », détaille Jean-Jacques Beauchamp.

Lire aussi : [Monitoring de la Repro] « Les outils sont fiables mais ne font pas de miracles »

D’où l’intérêt de se concentrer plutôt sur un autre indicateur, l’intervalle vêlage-IA fécondante, qui reflète de manière plus certaine l’effet détecteur, mais sur lequel les fournisseurs ne communiquent pas. Dans l’étude, l’intervalle vêlage-IAF s’est amélioré de 6 jours.  

Avec les détecteurs, la mise à la reproduction s’est montrée un peu plus précoce, comme en témoigne l’intervalle vêlage-1ère IA réduit de 4 jours, sans pour autant dégrader la fertilité. Ni l’améliorer d’ailleurs. Et les retours en chaleur sont également mieux détectés.  

Les éleveurs actionnent d’autres facteurs de réussite

Sur les 61 élevages, les résultats apparaissent hétérogènes. Sans surprise, « ceux qui ont le plus progressé après l’achat de détecteurs sont ceux qui étaient initialement les plus éloignés des objectifs techniques ».

En parallèle de ce travail, une enquête qualitative a été réalisée auprès d’une vingtaine d‘élevages de l’étude. Il ressort que « l’équipement ne fait pas tout. Certes, il produit de la donnée, mais c’est surtout ce qu’en fait l’éleveur qui compte et surtout ce qu’il met en œuvre pour tirer les bénéfices de son investissement. Notamment en portant plus d’attention à l’alimentation, en améliorant le sanitaire, en mettant en place un suivi avec le véto pour caractériser l’état des vaches après vêlage, etc. » Autant de mesures qui agissent conjointement à l’investissement pour améliorer la repro.

(1) Avec Littoral normand, Elvup et Origen Plus et Idele.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Suite au passage à la méthode Single Step, les éleveurs devront modifier leurs critères de choix de taureaux.
Sélection génétique : Avec la nouvelle méthode Single Step, un taureau montbéliard sur deux sort du Top 100 en lait
En montbéliarde, le lait et la longévité sont les caractères les plus impactés par le passage au Single Step. Il faudra en tenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière