Aller au contenu principal

Les coopératives laitières alertent sur la nécessité de répercuter les hausses de prix jusqu'à l'aval de la filière

Alors que se déroulent des négociations commerciales capitales pour l'avenir de la filière laitière, les coopératives laitières alertent à nouveau sur la nécessité de prendre en compte toutes les inflations.

Damien Lacombe, président de La Coopération laitière.
© Sodiaal

"La prise en compte de toutes les inflations - tant à l'amont qu'à l'aval - est devenue une condition sine qua non pour maintenir la filière laitière à flot", interpelle la Coopération laitière dans un communiqué de presse, en pleine négociation commerciale avec la grande distribution. Celle-ci a cours comme tous les ans depuis le mois de septembre et se clôture le 1er mars pour les marques nationales. 

La demande n'est pas nouvelle. Les industriels laitiers, et notamment les coopératives, demandent depuis septembre dernier une répercussion des hausses des prix des matières premières sur les tarifs des produits laitiers.

"Les coopératives laitières appartiennent aux producteurs : 52 500 associés coopérateurs producteurs de lait. Il est de leur responsabilité d'alerter aujourd'hui sur la conduite de ces négociations commerciales - très tendues - pour leur permettre de rémunérer justement le prix du lait et les activités de transformation", souligne Damien Lacombe, président de la Coopération laitière. "Nous avons besoin de répercuter nos inflations sur les marques et les MDD le plus vite possible pour pouvoir rémunérer le lait de nos adhérents à sa juste valeur. Il en va de la pérennité de la filière"

L'enjeu est clairement l'avenir des exploitations, mais aussi de certaines coopératives. Sodiaal indique ainsi que "la rentabilité de la coopérative ne nous permet pas d'absorber de tels montants et notre équation est donc simple : si on ne répercute pas ces inflations sur les tarifs de l'ensemble de nos produits (distribution, restauration hors domicile, industriels et exportations), alors nous aurons rapidement une situation délicate à gérer", précise Damien Lacombe, président du groupe coopératif. La distribution française représente 40% de l'usage du lait de Sodiaal ; par conséquent les négociations en cours sont capitales. "Certaines enseignes sont ouvertes pour discuter, d'autres moins. Cela va être une rude bataille pour faire valoir nos intérêts dans la problématique globale du pouvoir d'achat des consommateurs."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière