Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les caméras de surveillance à l’heure du numérique

Des images d’une belle qualité sur tout type d’écran : la numérisation des caméras de surveillance a permis de grands progrès. Et la gamme s’est élargie avec des dômes à vocation agricole.

Pour surveiller l’activité de son troupeau à distance, les principes n’ont pas changé. Il s’agit toujours de capter l’image par une caméra, de la transmettre jusqu’à un support de visionnage puis de la lire avec une application informatique dédiée. Mais la numérisation de ces trois étapes a permis d’améliorer la qualité de l’image et la souplesse de transmission et de visionnage. Aujourd’hui, on peut surveiller son troupeau de quasiment n’importe où et sur n’importe quel écran. L’autre grande évolution concerne l’offre de caméras de surveillance. Tous les sites internet de vente en ligne de matériel électronique proposent des caméras à des prix souvent dérisoires. Cette offre pléthorique et bon marché a bousculé les trois principaux fournisseurs d’équipements de vidéosurveillance dédiés à l’élevage (Camérail, Detecvel, Visionaute), qui proposent des équipements conçus pour travailler dans des conditions bien plus difficiles qu’une simple vidéosurveillance en milieu extérieur. « Nous sommes pris dans une bagarre de chiffonniers avec internet », reconnaît Rémi Tertrais, PDG de Detecvel. Pour se différencier, ces entreprises françaises mettent en avant la prestation de conseil qui précède l’achat d’un équipement afin de l’adapter à la configuration des bâtiments et aux contraintes de transmission, la qualité de l’installation et le respect des normes de sécurité, le service après-vente et, enfin, l’évolutivité de leurs systèmes de surveillance.

1 Les tourelles haut de gamme

Les trois spécialistes de la caméra de surveillance agricole proposent chacun un produit haut de gamme qui comprend une caméra numérique IP (voir ci-contre) avec image couleur le jour et la nuit et un éclairage asservi embarqués sur une tourelle fixe 360°. En option, ces solutions peuvent être installées sur un rail chariot motorisé. La caméra est insérée dans un caisson étanche et robuste qui la protège de l’ambiance agressive des bâtiments d’élevage (poussière, condensation, acidité). Elle répond aux normes de sécurité en vigueur (IP 66). Ces produits sont réparables et évolutifs. Tous affirment que la caméra est capable de lire une boucle à 30 mètres. Côté zoom, il faut surtout tenir compte du zoom optique car il ne dégrade pas l’image, contrairement au zoom numérique. Côté éclairage, la valeur du flux lumineux en lumens permet de connaître la quantité réelle de lumière émise. Tous les constructeurs ne donnent pas cette valeur d’emblée.

Camérail, le constructeur du Cher, vient de lancer Ultima, sa nouvelle caméra IP Full HD associée à un phare à leds puissant de 2 500 lumens. « Le but était d’avoir une bonne vision la nuit, explique Christelle Sobas, gérante. Trouver un bon module caméra est relativement facile, mais quelle image va-t-on avoir la nuit ? La difficulté était de pouvoir installer un phare à leds avec une puissance suffisante pour bien voir la nuit à 30 mètres sans éclairage additionnel. Nous avons travaillé pour pouvoir mettre un câble dédié qui permet d’alimenter un phare puissant. Nous testons un phare de 3 200 lumens. » Au-delà de 30 mètres, la caméra bascule en noir et blanc si l’ambiance est trop sombre. Elle est dotée d’un zoom optique qui grossit 20 fois. Des prépositionnements sont mémorisables et la tête du zoom est asservie au déplacement de la tourelle. Le module caméra Ultima coûte 3 690 euros. Le prix de la tourelle installée se situe dans une fourchette de 4 500 à 5 500 euros selon la configuration de la liaison avec le(s) poste(s) de visionnage.
La société Detecvel, en Ille-et-Vilaine, propose une tourelle avec caméra IP Full HD flanquée de deux phares à leds de 15 à 30 watts. Leur particularité : les ampoules conçues pour la tourelle se vissent sur des douilles classiques E27 et leur angle d’éclairage est choisi selon la hauteur du bâtiment afin d’obtenir une image de qualité sur la zone à surveiller. Le constructeur annonce un flux lumineux « entre 2 600 et 5 600 lumens » selon la hauteur. Ces phares permettent de voir dans l’obscurité jusqu’à 40 mètres, assure le fabricant. Des lampes à leds ont été également conçues pour les anciennes générations de caméras. La caméra est dotée d’un zoom optique qui grossit 28 fois. La motorisation de la tourelle et du chariot sur rail est en 24 volts, avec protection contre les surtensions. Le prix est de 3 400 euros sans la pose ni le système de transmission. La tourelle analogique, aux caractéristiques identiques (hormis la caméra), est encore distribuée.
Chez Visionaute, le fabricant aveyronnais, le module haut de gamme Sofie vient d’évoluer avec l’intégration d’une caméra IP Full HD. Elle a conservé les mêmes fonctionnalités que la version précédente : zoom optique qui grossit 30 fois, ajustement de la vitesse de rotation selon la position du zoom, rotation continue, prépositionnement dans toutes les positions y compris sur rail, positionnement sur une zone à surveiller en cas d’alerte et, particularité de la marque, un essuie-glace sur l’objectif. L’éclairage asservi à leds a une portée de 60 mètres, indique le constructeur. « Il n'est pas nécessaire d'avoir un projecteur ultrapuissant, car nos caméras sont " ultrasensibles " et n'ont pas besoin de beaucoup d'éclairage pour avoir une image optimale la nuit », assure Jérémy Delcros, responsable communication. Le coût de cet équipement, y compris le système de liaison, est de 4 500 à 5 000 euros hors installation.

2 Des dômes adaptés à l’élevage

Les dômes basiques, qui foisonnent sur les sites internet, ont une vision de nuit en infrarouge qui donne une image en noir et blanc. Ils ont aussi l’inconvénient de n’être pas réparables et d’avoir une durée de vie limitée. Les trois fabricants français de caméras agricoles distribuent des dômes améliorés qui répondent mieux aux besoins de l’élevage. Leur portée et leur usage est cependant plus limité que les modules haut de gamme.

Visionaute propose deux dômes conçus pour l’élevage : Doomax et Doomie. Le premier est une caméra IP à haute résolution (2 millions de pixels) montée sur tourelle fixe à 360°. En option, il peut être motorisé sur rail. Il est doté d’un zoom optique de 25 et d’un éclairage à leds. Il peut lire une boucle à 30 mètres, annonce le fabricant. « C’est une alternative économique à Sofie qui remplace l’ancienne caméra Ivisionaute », explique Loïc Sigaud, directeur commercial. Le prix de base se situe entre 2 900 et 3 500 euros avec le système de liaison. Doomie est une version miniature avec zoom optique de 12 et une éclairage à leds qui permet de lire une boucle à 15 mètres. Montée en poste fixe, elle est plutôt destinée à des box de vêlage. Installée sur rail, elle convient pour des étables entravées. Son prix : 2 000 à 2 500 euros. « Ce sont des gammes réparables, durables et évolutives », assure Loïc Sigaud.
Camérail commercialise deux dômes IP Full HD à vision infrarouge la nuit (noir et blanc). Le dôme Ultratech (zoom de 36) peut être mis sur rail. Selon la version, le prix (matériel seul) va de 2 350 à 2 890 euros. La caméra PTZ (zoom de 30) peut être installée en poste fixe seulement et a des capacités plus limitées. Elle est vendue entre 750 et 1 150 euros.
Detecvel vend un dôme IP motorisé avec vision de nuit en infrarouge. Sa résolution est de 1,3 million de pixels, son zoom optique de 20. Son prix : 1 500 à 1 800 euros.

3 De nombreuses solutions de transmission

Les nombreuses technologies de transmission, qui peuvent être combinées entre elles, permettent aujourd’hui de répondre à toutes les configurations et de connecter plusieurs bâtiments à plusieurs maisons, quelle que soit la distance. La connexion par câble est la solution la plus économique pour transmettre l’image sur un ou plusieurs téléviseurs. La distance entre stabulation et poste de surveillance ne doit pas dépasser quelques centaines de mètres, voire 100 mètres pour les packs numériques, indique Visionaute. Le pont wifi permet en revanche de franchir des distances de 7 à 8 kilomètres si les lieux à connecter sont en ligne directe sans obstacle. La fibre optique est un mode de transmission très performant, encore peu répandu mais qui tend à se développer. La liaison peut également se faire via Internet, mais cela nécessite d’avoir une box dans la stabulation en plus de celle de la maison et donc deux abonnements. Les animaux peuvent être surveillés de n’importe où dans... le monde. La transmission peut se faire aussi par courant porteur via le réseau électrique sur une distance maximale de 200 mètres, à condition que le bâtiment et la maison soient branchés sur le même compteur électrique et sur la même phase. Le réseau 4G, sous réserve de couverture, permet enfin de transmettre le signal vidéo avec un modem équipé d’une carte sim et compatible tout opérateur. Le débit est souvent meilleur qu’avec l’ADSL et permet d’avoir une image de belle qualité.

4 Visionner sur tous supports

Les trois fabricants ont développé des plateformes, logiciels et applications pour piloter les caméras à distance et visionner les images sur tout type d’écran : téléviseur, ordinateur, smartphone, tablette... Ils peuvent enregistrer des séquences vidéo et éditer des photos. Ces logiciels sont généralement conçus en interne afin de bien répondre aux besoins des éleveurs tout en restant simples d’utilisation. S’ils sont mis à disposition gratuitement, Camerail s’apprête à lancer une plateforme payante (gratuite pendant un an puis 3 € par mois), qui sera multisupport et aura davantage de fonctionnalités que l’application en ligne gratuite.

Caméra numérique et éclairage à leds

La qualité de l’image est sans conteste une des grandes évolutions récentes de la surveillance vidéo. Elle est en train de franchir une nouvelle étape avec le passage des caméras analogiques aux caméras IP. Les premières transmettent le signal vidéo analogique directement à un téléviseur. Les caméras IP numérisent le signal vidéo et utilisent le protocole Internet (IP) pour transmettre les données compressées vers un routeur ou une box ADSL. L’image peut ainsi être visionnée directement sur tout appareil numérique (ordinateur, tablette, smartphone…). Les caméras IP offrent une bien meilleure résolution que les caméras analogiques. Le Full HD (2 millions de pixels) est désormais accessible. Le rendu d’image est nettement plus détaillé. Grande évolution également, l’éclairage à leds s’impose dans tous les nouveaux équipements.

Faire évoluer le parc existant

La numérisation ne rend pas forcément obsolète les anciennes caméras analogiques. Les trois fabricants sont attentifs à ce que leurs équipements soient évolutifs. L’ajout d’un serveur vidéo numérique permet de numériser le signal vidéo et de le renvoyer sur tous les supports numériques. Une transformation qui coûte de l’ordre de 1 000 à 1 500 euros, indique Rémi Tertrais, de Detecvel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Vignette
Apprenez à reconnaître les cinq stades cliniques de Mortellaro
Ne vous laissez pas rebuter par la complexité de la maladie. Comprendre et savoir identifier les formes actives…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière