Aller au contenu principal

L'EBE en amélioration sert à redresser les exploitations

Sur Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire(1), les résultats 2017-2018 des exploitations laitières suivies par Cogedis sont en progression.

© S. Leitenberger

En conventionnel, l'EBE moyen est passé d'environ 140 euros/1000 litres au printemps 2017 à 200 euros début 2018. En moyenne sur la campagne 2017-2018, cela fait 158 €/1000 l, soit mieux que les deux campagnes précédentes, mais moins bien que les campagnes post crise 2009. "C'est une année de redressement", résume Guy Lemercier, de Cogedis. Cette moyenne cache des disparités importantes. "Un quart peine à dégager de la rentabilité. Leurs prix de vente ne permettent pas de couvrir les coûts, sans compter la rémunération de la main-d'œuvre." Par rapport à la campagne précédente, la baisse des coûts et la meilleure valorisation du lait ont permis à l'ensemble des critères financiers de s'améliorer : EBE, fonds de roulement, et le taux d'endettement est passé de 61 à 53%. Le nombre d'exploitations avec un taux d'endettement supérieur à 100% est inférieur à 3%.

Le coût de production moyen baisse depuis 2013

Les exploitations aux meilleurs EBE (plus de 130% de l'EBE moyen) dégagent en moyenne 78 €/1000 l de plus par rapport à celles qui dégagent en moyenne moins de 70% de l'EBE moyen. L'analyse des EBE est réalisée par Xpertia, le service commun BCEL Ouest et Cogedis (zone Bretagne). Les écarts les plus importants sont constatés sur les charges de structures : 34 €/1000 l. "Le conseil est de bien dimensionner le projet et de choisir des investissements rentables. Dans l'idéal quand on s'agrandit, on le fait progressivement, pour essayer en permanence de saturer ses facteurs de production. Pour le matériel, il faut avoir une stratégie claire : j'externalise, ou j'internalise en développant la prestation de service." La maîtrise technique fait bien évidemment la différence. "Ceux qui ont une bonne marge laitière ont des rations efficaces, maîtrisent les aspects sanitaires et font durer les vaches." L'écart sur le coût de renouvellement est de 11 €/1000 l entre les plus performants et les moins performants. "Pour être solide techniquement, économiquement et mentallement dans un monde d'aléas, il faut se garder des marges de sécurité financière, alimentaire, et au niveau du travail !", pointe Guy Lemercier. 

En bio, la conjoncture favorable (prix du lait moyen à 470 €/1000 l) a permis une amélioration de l'ensemble des critères financiers : +4,9% d'EBE, -13% de taux d'endettement. Mais attention, les charges opérationnelles et de structure ont augmenté. Le poste mécanisation prend +6,2% et celui des bâtiments +5,5%, en lien avec l'agrandissement des structures : 362 480 litres en 2017-2018 contre 357 830 litres par exploitation la campagne précédente, avec 3 vaches et 7 ha SFP en plus.

(1) Cogedis suit environ 4 000 exploitations laitières sur les trois régions.
 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière