Aller au contenu principal
Font Size

Le prix du lait Savencia à 345 €/1000 l pour le 2e trimestre

La formule de prix n'est pas encore totalement finalisée. L'association d'OP Sunlait et Savencia divergent encore sur la façon de calculer la valeur PGC France.

En moyenne nationale, le prix de base issu de la nouvelle formule est de 345 €/1000 l pour avril, mai et juin 2019. "Ce prix bénéficie de la bonne tenue des marchés des produits industriels et des PGC export. Ainsi que de l'effet des EGA et des hausses de tarifs obtenues par l'entreprise auprès des distributeurs, même s'il n'y a pas encore une totale prise en compte de nos coûts", commente Denis Berranger, président de Sunlait, association de dix OP, rassemblants 2000 livreurs Savencia.  

La formule repose sur le mix-produits de l'entreprise : 44% de PGC France, 13% de produits industriels et 43% de PGC export. Pour les produits industriels, une moyenne de trois indicateurs de marché France, Allemagne et Pays-Bas, est suivie. Pour les PGC export, la formule suit les cotations des fromages d'exportation (gouda, edam, emmental) de ces trois pays. Pour les PGC France, il n'y a pour l'instant pas de suivi d'indicateurs de prix de vente. "Nous sommes encore en discussion sur ce point. Nous préférons négocier ce prix, en fonction de nos prix de revient et d'autres éléments (aléas, besoins d'investissement...)", indique Denis Berranger.

Une formule pas encore en conformité par rapport à la loi EGA

Aujourd'hui 25 avril, Sunlait et Savencia divergent toujours sur la construction du prix PGC France. Pour Sunlait, "notre proposition tarifaire doit faire l'objet d'un accord avec Savencia avant les négociations commerciales avec la grande distribution . Mais Savencia ne veut pas s'engager sur un prix calculé à partir des coûts des producteurs, avant les négociations avec les GMS. L'entreprise ne veut s'engager que sur un prix à postériori, qui résultera d'un ruissellement des hausses qu'elle aura réussi à obtenir de la distribution. Nous estimons qu'il n'y a pas de raison que ce soit toujours aux producteurs de prendre le risque."

Sunlait espère conclure un accord d'ici la fin du semestre pour pouvoir signer les avenants au contrat et ainsi être en conformité par rapport à la loi EGA (ou Egalim).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière