Aller au contenu principal

Le déficit énergétique, ça vous parle ?

Différents indicateurs permettent de le détecter et de limiter ses effets négatifs sur la santé des vaches et leurs performances. Une récente enquête révèle quels indicateurs sont réellement utilisés sur le terrain.

Dans l’enquête, le déficit énergétique n’est pas identifié comme une problématique majeure en élevage… mais sous-jacente aux principales préoccupations des éleveurs.
Dans l’enquête, le déficit énergétique n’est pas identifié comme une problématique majeure en élevage… mais sous-jacente aux principales préoccupations des éleveurs.
© E. Bignon

Comment les éleveurs appréhendent-ils le déficit énergétique et quelles pratiques mettent-ils en œuvre pour le gérer ? Tel est l’objet d’une récente enquête auprès de 67 éleveurs et 14 techniciens, menée dans le cadre du Casdar Biomarq’lait piloté par l’Institut de l’élevage et visant à identifier un biomarqueur du déficit énergétique dans le lait. « Notre enquête a permis de mettre en évidence un paradoxe entre l’incapacité de certains éleveurs à définir le déficit énergétique, et leur très bonne connaissance pratique du phénomène, des périodes sensibles et des moyens pour le reconnaître », résume Matthieu Blanchet de BCEL Ouest.

Les éleveurs associent en priorité le déficit énergétique au manque d’énergie, à des indicateurs et à la mauvaise valorisation de la ration. Pour les éleveurs, les principaux indicateurs sont visuels et quotidiens (note d’état corporel, poils, boiteries, production, TP, TB) tandis que les conseillers se basent davantage sur les analyses de lait (taux, production).

Plus d’un éleveur sur deux en fait le constat sur son troupeau

Dans l’enquête, 43 % des producteurs ne constatent pas de déficit énergétique sur leur élevage. Selon eux, leur vigilance sur l’alimentation (58 %) et sur le suivi individuel des animaux (21 %) en sont les raisons principales. À l’inverse, 57 % des éleveurs ont déjà observé des situations de déficit énergétiques. Les actions correctives concernent principalement l’amélioration de la ration de manière globale (35 %) ou via l’augmentation de l’apport d’énergie (24 %). L’apport de propylène glycol en curatif est également cité.

Bien qu’une part importante d’éleveurs ne pensent pas en avoir besoin, 20 % d’entre eux souhaitent la création de nouveaux outils et d’indicateurs pour identifier le déficit énergétique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière