Aller au contenu principal

Le CoFarming dégaine ses solutions

Le CoFarming est une nouvelle façon de « faire ensemble » en réseau grâce au numérique, pour rapprocher les exploitants et améliorer la compétitivité de leur ferme.

Et si finalement le numérique n’était qu’un outil pour redonner des moyens de coopérer et mutualiser ? C’est l’essence même du CoFarming, basé sur l’économie collaborative. « Né en France en 2015, le CoFarming consiste à valoriser la puissance d’internet en matière d’intermédiation pour mettre en relation des agriculteurs au-delà du simple voisinage », dépeint Jean-Paul Hébard, président de l’association #CoFarming. Un des exemples est certainement le site WeFarmUp, site de partage de matériel agricole, qui sur la dynamique de AirBnB et de BlaBlaCar, qui a créé de nouveaux réseaux d’agriculteurs pour qu’ils rentabilisent mieux leurs investissements. « La révolution numérique ouvre le champ des possibles dans notre façon de partager et de travailler. Les nouveaux maillages numériques engendrent de nouvelles opportunités, plus efficaces. En rapprochant les agriculteurs entre eux, en réseaux, le CoFarming améliore la rentabilité des exploitations et apporte la capacité de s’adapter plus rapidement aux enjeux de l’agriculture de demain. »

L’économie collaborative se décline aussi en agriculture

De nombreuses start-up émergent sur ce modèle de plateforme numérique. Voici deux exemples présentés lors de la deuxième édition du CoFarming Fest à Paris.

« EchangeParcelle est né d’un constat simple : une parcelle éloignée coûte cher, expose Mickaël Jacquemin, cofondateur du site. EchangeParcelle permet d’échanger vos parcelles éloignées avec des agriculteurs intéressés. » Quelles que soient votre région et votre production, il suffit de positionner sur une carte l’emplacement de votre exploitation ainsi que la parcelle que vous souhaitez échanger. La plateforme trouve les exploitants prêts à échanger vos parcelles en tenant compte de vos critères, et vous transmet les informations sur la parcelle ainsi que les coordonnées de l’agriculteur. À vous de prendre contact directement avec lui pour finaliser l’échange. Cette opportunité de mise en contact avec des exploitants inconnus et la démarche pragmatique d'échange répondent à des enjeux économiques et environnementaux.

De nouvelles possibilités grâce à de nouveaux maillages numériques

Autre exemple avec LinkinFarm. « Nous voulons rapprocher deux mondes : celui des exploitations agricoles et celui des ETA, pour qu’ils travaillent mieux ensemble, détaille Philippe Fournier, cofondateur de la start-up. Nous proposons aux exploitants de faire plus facilement appel aux entrepreneurs pour gagner du temps et rationaliser leurs charges de mécanisation. » En dehors des classiques chantiers de récolte et d’ensilage, les éleveurs ignorent souvent les prestations proposées par les ETA situées dans un rayon de 20 à 30 km. De plus, les tarifs ne sont généralement pas affichés publiquement par crainte de destruction de valeur. « Le but est de donner de la visibilité en rendant accessibles ces informations. Si les exploitants, en manque de main-d’œuvre, prenaient conscience du parc de machines disponibles et à quels prix, ils auraient sans doute davantage recours à ces prestations. » Notamment pour les parcelles éloignées. Leur accès n’est plus un frein grâce à la géolocalisation. L’autre avantage est d’approcher dès la fin du chantier le montant de la facture et de pouvoir, si besoin, planifier un échéancier de paiement. Le bénéfice profite aux deux parties. D’un côté, l’ETA va continuer à développer son activité en rendant mieux visible son matériel et, de l’autre, l’éleveur économise du temps, limite ses investissements non productifs, réduit ses charges de mécanisation et potentiellement aussi ses intrants grâce à du matériel de dernière génération plus performant.

Le CoFarming en est encore à ses balbutiements, mais parions qu’il a de l’avenir...

En savoir plus

L’association #CoFarming regroupe des plateformes de mise en relation sécurisée entre agriculteurs pour partager des matériels sur WeFarmUp.com, des conseils sur AgriFind.fr, des données technico-économiques sur FarmLeap.com, des fourrages sur Laballeronde.fr
www.cofarming.info
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière