Aller au contenu principal

Le Brexit effraye la filière laitière française

Le Royaume-Uni est le 4ème client de la France en produits laitiers. Un Brexit sans accord serait catastrophique pour la filière laitière française et le reste de l'UE.

Au jour où nous mettions sous presse (23 janvier), nul ne savait dans quelles conditions le Royaume-Uni sortirait de l'Union européenne. L'hypothèse d'une sortie sans accord se renforçait suite au rejet le 15 janvier par la Chambre des communes de l'accord négocié par Theresa May avec l'Union européenne (UE).

Un Brexit sans accord " représenterait un coût de 500 millions d'euros pour les exportations de nos filières agroalimentaires, sur une perte de estimée à 3 milliards d'euros pour l'économie française ", estime l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture. L'enjeu est de taille pour les vins et spiritueux, les pommes et les produits laitiers. " Les exportations de la France en produits laitiers vers le Royaume-Uni pesaient 562 millions d'euros courants en 2017. Le Royaume-Uni est le quatrième client de la France en produits laitiers, derrière l'Allemagne, la Belgique et la Chine, décrit Vincent Chatellier, économiste à l'Inra. Le Royaume-Uni est un pays durablement déficitaire en produits laitiers. En 2017, il en a importé pour 3,56 milliards d'euros en provenance des autres pays de l'UE. Les principaux pays fournisseurs sont l'Irlande, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. " 

Un retour probable des droits de douane

Si le Royaume-Uni sort de l'Union européenne sans accord, " l'UE lui appliquera les droits de douane qui s'appliquent pour des pays tiers. Ils sont suffisamment élevés pour que cela empêche tout produit laitier britannique de venir en Europe (1,37 milliard d'euros d'exportations britanniques vers l'UE en 2017). Le Royaume-Uni pourrait alors faire de même avec les produits européens. Ce serait catastrophique pour la France et les autres pays gros fournisseurs, mais aussi pour toute l'Union européenne, par effet de ricochet ", développe Gérard Calbrix, économiste à Atla. Outre les droits de douane, l'impact économique pourrait aussi être marqué par la dépréciation de la livre sterling. Sans oublier les barrières non tarifaires, comme les difficultés logistiques ou les normes sanitaires.  

En cas de droits de douane élevés sur les produits de l'Union européenne, le Royaume-Uni essayera d'importer d'ailleurs pour satisfaire sa demande, notamment de Nouvelle-Zélande. " Mais les autres pays ne sont pas capables de fournir certains fromages par exemple. Donc mettront-ils vraiment des droits de douane très élevés ? Vraiment, on ne sait pas ce qui va se passer ", conclut Gérard Calbrix. Les laiteries les plus exposées au marché britannique essayent de se préparer au pire, en cherchant de nouveaux débouchés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière