Aller au contenu principal
Font Size

AU GAEC POSTEC, À KERSAINT PLABENNEC
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»

Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un mini-tunnel construit de toute pièce pour accéder plus facilement aux prairies.

SOUS LA ROUTE COMMUNALE, un boviduc
de 10 mètres de long permet aux
laitières d’accèder à une dizaine
d’hectares de prairie.
SOUS LA ROUTE COMMUNALE, un boviduc
de 10 mètres de long permet aux
laitières d’accèder à une dizaine
d’hectares de prairie.
© E. Bignon

Creuser un tunnel sous la route pour faciliter l’accès du troupeau aux pâtures ! Philippe et Olivier Postec, installés à Kersaint Plabennec, dans le Finistère, sur une exploitation de 500 000 litres de lait, ont trouvé l’idée séduisante. Et leur boviduc est sorti de terre il y a six ans. «Nous avons 12 hectares de prairies accessibles aux laitières, indiquent- ils. Les pâtures sont scindées en deux blocs séparés par une route communale. D’un côté de la route, près des bâtiments, nous avons 2,5 ha et le reste des paddocks se situent de l’autre côté. »

Sur l’élevage, les vaches pâturent neuf mois de l’année. « Les faire traverser deux fois le matin et deux fois le soir, était une vraie corvée », se souvient Philippe. Cela mobilisait deux personnes pour accrocher et décrocher le fil. Sans compter le stress, l’insécurité et les désagréments liés au barrage régulier de la route pour les riverains. « Aujourd’hui, nous n’avons plus cette contrainte, et les allers et venues des 50 laitières entre la stabulation et les prés se font beaucoup plus facilement. Et elles retournent en pâture toutes seules après la traite. »

Attention aux canalisations et lignes électriques enfouies

Le boviduc se situe à environ 200 mètres de la stabulation. « Nous avons la chance d’avoir des sols sableux, faciles à creuser et qui ne retiennent pas l’eau. C’est la surface idéale pour réaliser un boviduc ! » Avant de se lancer dans le projet, les éleveurs ont procédé à un sondage préalable du sol de chaque côté de la route. « Heureusement, nous ne sommes pas tombés sur des rochers. »

Une demande a été déposée en mairie et plusieurs démarches administratives ont été menées de front.

Seul hic du projet: la canalisation d’eau qui longe la route communale. «Nous savions où elle se localisait, mais nous ne connaissions pas sa profondeur exacte. Or, c’est elle qui a déterminé la profondeur d’enfouissement des dalots en béton. Au final, il a fallu les enterrer de 90 cm supplémentaires pour que le boviduc passe sous cette canalisation. »

De plus, les parcelles se trouvent surélevées d’un petit mètre par rapport au niveau de la route. Du coup, l’inclinaison de la pente approche les 18 %. « Nous avons cherché le meilleur compromis pour maintenir une pente praticable pour les animaux, tout en évitant que le chemin n’empiète trop sur la parcelle. Car plus on recule, plus on réceptionne de l’eau de ruissellement le long de la pente », souligne l’éleveur.

De chaque côté du boviduc, une grille de caillebotis recueille les eaux de ruissellement, qui s’écoulent ensuite dans un puits perdu (buse percée entourée de gravats) descendant à un mètre de profondeur.

Deux corps de métier sont intervenus pour la construction: une entreprise de terrassement et une autre spécialisée dans le levage.

Tout le sable retiré lors du terrassement a servi pour créer le chemin d’accès entre le boviduc et la stabulation. « Nous avons bien compacté le chemin puis réalisé un empierrement de surface avec des gravillons de carrière (0/31,5). Un à deux godets suffisent par an pour l’entretenir. »

Le boviduc mesure 10 mètres de long. Cinq dalots en béton armé de 2 mètres de large sur 2 mètres de haut, fournis en section de 2 mètres de long ont été nécessaires. «Ces dalots sont prévus pour le passage des chars Leclerc, souligne Olivier. Aucun danger qu’ils s’effondrent, même au passage de 44 tonnes ! »

Le sable issu du terrassement a servi pour le chemin d’accès

Au-dessus des dallots, un mètre de remblai a été nécessaire avant de recouler du bitume pour reconstituer le tronçon de route. Un talus a été réaménagé sur les deux bas-côtés, et les exploitants ont replanté des haies. Le boviduc est aujourd’hui totalement invisible depuis la route.

Malgré une pente assez raide, les vaches ne glissent pas. Elles passent une par une en file indienne. « Elles se sont vite accommodées à ce nouveau passage. La première fois, nous les avons fait passer par lots d’une dizaine de bêtes, raconte Philippe. Au départ, je craignais l’invasion de mouches, mais un petit courant d’air se crée dans le boviduc et nous ne sommes pas du tout embêtés. » Le boviduc est raclé 5 à 6 fois par an manuellement.

L’ouvrage est revenu à 14000 €. «Cela peut sembler élevé, mais nous le voyons comme un investissement sur le long terme, qui s’amortit au quotidien, concluent les éleveurs. Nous avons pu bénéficier d’une subvention de la caisse locale de Groupama pour projet innovant et la municipalité a pris à sa charge les frais de revêtement de la route. »

Quelles démarches administratives ?

Si le boviduc passe sous une route communale, les démarches restent relativement simples.

C’est une autre paire de manche s’il s’agit d’une route départementale. Dans ce cas, il faut s’adresser au Conseil général et non plus à la municipalité. Dans le cas du Gaec Postec, un dossier de demande de travaux a été déposé au niveau de deux mairies car la route se trouve en limite de deux communes. « Nous avons expliqué notre projet, les deux maires se sont montrés réceptifs. » Il n’y a pas besoin de demander de permis de construire pour ce type d’ouvrage. Un arrêté municipal fixe la durée autorisée pour barrer la route. « La déviation de circulation a duré quatre jours. »

Un courrier est également transmis à EDF, GDF, France Telecom, ainsi qu’au Syndicat des eaux pour signifier l’intention de travaux, en précisant les dates de début et de fin de chantier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière