Aller au contenu principal

L’amélioration de la repro par la graine de lin est démontrée

L’apport d’une petite quantité de graines de lin extrudées raccourcit l’intervalle vêlage-insémination fécondante.

© S. Bourgeois

C’est le résultat d’une étude épidémiologique originale présentée par Nathalie Bareille de l’Inra de Nantes-Oniris. Jusqu’à présent, les essais expérimentaux avaient bien démontré que la graine de lin extrudée modifiait le profil en acides gras du lait, mais ils n’avaient pas montré d’effet sur la reproduction. Cette étude utilise de grands échantillons lui conférant une forte puissance statistique : elle s’appuie sur les données issues de 2 250 troupeaux ayant reçu un jour des graines de lin sur la période 2008-2015. Les quantités de graines de lin reçues par vache et par jour ont été estimées à partir de la quantité d’aliments livrés (par les entreprises d’aliment travaillant avec Valorex), de leur teneur en graine de lin, de la durée entre deux livraisons et du nombre de vaches en lactation sur la période. Il a été ainsi possible d’évaluer précisément quelles inséminations artificielles ou quels contrôles laitiers avaient été exposés ou non à l’apport de graines de lin. Quatre catégories de doses journalières dans les rations ont été identifiées : 1 à 50 g, 51 à 300 g, 300 à 600 g et 600 à 1500 g(1). Une sélection drastique des données retenues a été faite. Au final, les performances de reproduction ont été étudiées sur 423 605 inséminations issues de 158 125 vaches dans 1 096 troupeaux.

Dès 50 grammes par vache et par jour

Aucun effet sur la fertilité n’a été observé. En revanche, l’intervalle vêlage-insémination première est raccourci de 2 à 4 jours et l'intervalle vêlage-insémination fécondante de 3 à 7 jours. « Cet effet sur la fécondité est observé dès l’apport de 50 grammes de graines de lin par vache et par jour et n’est pas dose dépendant, ce qui suggère que seules de petites quantités de graines de lin induisent l’effet bénéfique. » L’étude confirme par ailleurs ce que l’on savait déjà sur les performances laitières. À savoir une amélioration de la production (+0,4 à 1,3 kg/j selon la dose et le rang de lactation) et une baisse du TB (-0,1 à -0,9 g/kg). « Ces méthodes épidémiologiques permettent de détecter des effets très fins de l’alimentation, conclut-elle. Elles ouvrent de nouvelles perspectives pour mesurer l’effet d’un apport nutritionnel sur la reproduction ou la santé des vaches. »

(1) D'après une thèse d'Oniris, il existe un bénéfice économique jusque 600 g, au-delà une valorisation Bleu Blanc Cœur est nécessaire.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière