Aller au contenu principal

L’amélioration de la repro par la graine de lin est démontrée

L’apport d’une petite quantité de graines de lin extrudées raccourcit l’intervalle vêlage-insémination fécondante.

© S. Bourgeois

C’est le résultat d’une étude épidémiologique originale présentée par Nathalie Bareille de l’Inra de Nantes-Oniris. Jusqu’à présent, les essais expérimentaux avaient bien démontré que la graine de lin extrudée modifiait le profil en acides gras du lait, mais ils n’avaient pas montré d’effet sur la reproduction. Cette étude utilise de grands échantillons lui conférant une forte puissance statistique : elle s’appuie sur les données issues de 2 250 troupeaux ayant reçu un jour des graines de lin sur la période 2008-2015. Les quantités de graines de lin reçues par vache et par jour ont été estimées à partir de la quantité d’aliments livrés (par les entreprises d’aliment travaillant avec Valorex), de leur teneur en graine de lin, de la durée entre deux livraisons et du nombre de vaches en lactation sur la période. Il a été ainsi possible d’évaluer précisément quelles inséminations artificielles ou quels contrôles laitiers avaient été exposés ou non à l’apport de graines de lin. Quatre catégories de doses journalières dans les rations ont été identifiées : 1 à 50 g, 51 à 300 g, 300 à 600 g et 600 à 1500 g(1). Une sélection drastique des données retenues a été faite. Au final, les performances de reproduction ont été étudiées sur 423 605 inséminations issues de 158 125 vaches dans 1 096 troupeaux.

Dès 50 grammes par vache et par jour

Aucun effet sur la fertilité n’a été observé. En revanche, l’intervalle vêlage-insémination première est raccourci de 2 à 4 jours et l'intervalle vêlage-insémination fécondante de 3 à 7 jours. « Cet effet sur la fécondité est observé dès l’apport de 50 grammes de graines de lin par vache et par jour et n’est pas dose dépendant, ce qui suggère que seules de petites quantités de graines de lin induisent l’effet bénéfique. » L’étude confirme par ailleurs ce que l’on savait déjà sur les performances laitières. À savoir une amélioration de la production (+0,4 à 1,3 kg/j selon la dose et le rang de lactation) et une baisse du TB (-0,1 à -0,9 g/kg). « Ces méthodes épidémiologiques permettent de détecter des effets très fins de l’alimentation, conclut-elle. Elles ouvrent de nouvelles perspectives pour mesurer l’effet d’un apport nutritionnel sur la reproduction ou la santé des vaches. »

(1) D'après une thèse d'Oniris, il existe un bénéfice économique jusque 600 g, au-delà une valorisation Bleu Blanc Cœur est nécessaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière