Aller au contenu principal

L’amélioration de la repro par la graine de lin est démontrée

L’apport d’une petite quantité de graines de lin extrudées raccourcit l’intervalle vêlage-insémination fécondante.

© S. Bourgeois

C’est le résultat d’une étude épidémiologique originale présentée par Nathalie Bareille de l’Inra de Nantes-Oniris. Jusqu’à présent, les essais expérimentaux avaient bien démontré que la graine de lin extrudée modifiait le profil en acides gras du lait, mais ils n’avaient pas montré d’effet sur la reproduction. Cette étude utilise de grands échantillons lui conférant une forte puissance statistique : elle s’appuie sur les données issues de 2 250 troupeaux ayant reçu un jour des graines de lin sur la période 2008-2015. Les quantités de graines de lin reçues par vache et par jour ont été estimées à partir de la quantité d’aliments livrés (par les entreprises d’aliment travaillant avec Valorex), de leur teneur en graine de lin, de la durée entre deux livraisons et du nombre de vaches en lactation sur la période. Il a été ainsi possible d’évaluer précisément quelles inséminations artificielles ou quels contrôles laitiers avaient été exposés ou non à l’apport de graines de lin. Quatre catégories de doses journalières dans les rations ont été identifiées : 1 à 50 g, 51 à 300 g, 300 à 600 g et 600 à 1500 g(1). Une sélection drastique des données retenues a été faite. Au final, les performances de reproduction ont été étudiées sur 423 605 inséminations issues de 158 125 vaches dans 1 096 troupeaux.

Dès 50 grammes par vache et par jour

Aucun effet sur la fertilité n’a été observé. En revanche, l’intervalle vêlage-insémination première est raccourci de 2 à 4 jours et l'intervalle vêlage-insémination fécondante de 3 à 7 jours. « Cet effet sur la fécondité est observé dès l’apport de 50 grammes de graines de lin par vache et par jour et n’est pas dose dépendant, ce qui suggère que seules de petites quantités de graines de lin induisent l’effet bénéfique. » L’étude confirme par ailleurs ce que l’on savait déjà sur les performances laitières. À savoir une amélioration de la production (+0,4 à 1,3 kg/j selon la dose et le rang de lactation) et une baisse du TB (-0,1 à -0,9 g/kg). « Ces méthodes épidémiologiques permettent de détecter des effets très fins de l’alimentation, conclut-elle. Elles ouvrent de nouvelles perspectives pour mesurer l’effet d’un apport nutritionnel sur la reproduction ou la santé des vaches. »

(1) D'après une thèse d'Oniris, il existe un bénéfice économique jusque 600 g, au-delà une valorisation Bleu Blanc Cœur est nécessaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière