Aller au contenu principal

Lait : Lidl reconduit des partenariats

En lait conventionnel "non-OGM" et en lait de montagne Montlait, le distributeur Lidl France assoit des relations historiques avec des éleveurs laitiers.

Olivier Legrand, président de l’Association des producteurs de lait du bassin Centre, Michel Biero directeur exécutif achats et marketing Lidl France et Emmanuel Vasseneix président de LSDH. © Lidl
Olivier Legrand, président de l’Association des producteurs de lait du bassin Centre, Michel Biero directeur exécutif achats et marketing Lidl France et Emmanuel Vasseneix président de LSDH.
© Lidl

En juin dernier, Lidl France a communiqué sur deux relations contractuelles pour du lait conditionné UHT qui s'inscrivent dans la durée.

Avec l'APLBC et la LSDH

© Lidl

La première est régi par un contrat tripartite entre Lidl, l'Organisation de producteurs APLBC (Association des Producteurs de Lait du Bassin Centre) et la LSDH (Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel). Les trois partenaires ont renouvelé ce contrat pour la 6ème année consécutive. Le prix du lait de base au producteur reste défini 370 €/1000 l, garanti issu de vaches nourries sans OGM ; soit un prix d'environ 390 €/1000 l toutes qualités et primes confondues. Par contre, cette année, l'accord prévoit un engagement en volume plus important, à hauteur de 36 millions de litres de lait annuellement, contre 28 M de litres auparavant. Sont concernés 4 références distribuées sous la marque de distributeur (MDD) Envia : une brique de lait écrémé, une brique de lait demi-écrémé, une brique de lait entier et une bouteille de lait demi-écrémé. Certains des producteurs APLBC sont aussi à l’origine du camembert en filière non-OGM présent dans tous les supermarchés Lidl de France avec Chavegrand.

Avec la marque Montlait et l'APLM

Yannick Fialip, secrétaire de l’Association des Producteurs de Lait de Montagne, Michel Biero, directeur exécutif Achats et Marketing Lidl France, Dominique Barrau, président de l’APLM. © Lidl

Le second partenariat n'est pas un tripartite, et ce n'est pas pour une MDD Lidl. L'enseigne reconduit son partenariat sur le lait de montagne, pour la 6e année consécutive, avec l'APLM (Association des producteurs de lait de Montagne) et son lait de montagne à sa marque Montlait. "Avec cet accord, Lidl s'engage sur 6,2 millions de litres de lait par an", précise Yannick Fialip, secrétaire de l'APLM (406 exploitations adhérentes). Le lait Montlait passera par 9 plateformes logistiques régionales pour approvisionner 540 supermarchés. "Ce nouveau partenariat nous permet d'achalander davantage de supermarchés", indique Lidl France dans un communiqué.

© Lidl

Dans son communiqué, Lidl assure que "à ce jour (juin 2021), près de 700 millions de litres de lait (lait de consommation, fromages, yaourts, de marque de distributeur et de marques nationales) sont vendus dans les 1 570 supermarchés Lidl en France et sont rémunérés 370 € pour 1000 litres de lait, prix de base hors primes".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière