Aller au contenu principal
Font Size

Salon de l'agriculture : La Villarde fera son show au SIA

SIA : six vaches et six génisses de race Villard-de-Lans seront présentes au Salon international de l’agriculture cette année. Des jeunes de l’association « Graines d’éleveurs » feront défiler les génisses le mardi 25 février à 13h30 sur le ring de présentation. La race sera également à l’honneur sur le stand du parc naturel régional du Vercors (Pavillon 1).

© OSRAR

 

Après avoir frôlé l’extinction avec seulement 170 femelles recensées au milieu des années 1970, la Villard-de-Lans connaît un regain d’intérêt dans sa région. Cette race mixte est à l’origine localisée sur quatre communes de l’Isère du secteur des Quatre-Montagne du Massif du Vercors (Villard-de-Lans, Autrans, Méaudre et Lans-en-Vercors). Elle doit son salut à un plan de sauvegarde efficace encadré par l’Institut de l’élevage lancé en 1976, le soutien important du parc naturel régional du Vercors, l’appui technique de l’organisme de sélection (OS RAR) et de l’entreprise de sélection Auriva, l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage ( L'AOP Bleu du Vercors-Sassenage est porteuse pour la Villarde) et bien sûr une poignée d’éleveurs motivés. « Aujourd’hui, l’effectif tourne autour de 430 femelles dont une cinquantaine au contrôle laitier », relate Jean-Philippe Chesney, technicien à l’organisme de sélection des Races Alpines Réunies. Cet effectif est cependant suffisant pour assurer la sauvegarde de la race d’autant que 40 000 doses de semences de taureaux issus de 10 familles sont stockées dans les cuves du centre d’insémination. Le dernier taureau a été collecté il y a une quinzaine d’années. « Seulement quatre familles sont actuellement utilisées à grande échelle. Les autres sont utilisées avec plus de prudence, leur niveau laitier semblant largement en retrait », explique Jean-Philippe Chesney.

Au moins 3 % des effectifs dans chaque troupeau

L’évolution du cahier des charges du fromage AOP Bleu du Vercors – Sassenage (400 tonnes par an) offre un nouveau dynamisme à la race. Ce dernier impose en effet depuis janvier la Villarde dans les troupeaux engagés dans l’AOP à hauteur de 3 % des effectifs au minimum. Pour relever ce défi, des mesures ont été mises en place dès 2015. « Des transplantations embryonnaires ont été effectuées sur les meilleures vaches. Vendeurs d’animaux et acheteurs ont été mis en relation. L’objectif est aujourd’hui quasiment atteint, il manque moins de cinq vaches pour que tous les troupeaux respectent le cahier des charges de l’AOP. Autre objectif atteint : restaurer la Villlarde dans son terroir d’origine afin qu’elle devienne l’emblème de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage », explique Jean-Philippe Chesney.

Pour en savoir plus : www.osrar.fr

 

Le saviez-vous ? La race est présente pour la première fois au concours général agricole de Paris en 1895 dans la section « Races diverses » et sous son appellation « Race Villard-de-Lans » en 1916. La race est alors à son apogée et on dénombre plus de 15 000 vaches indique l’Organisme de sélection des races alpines réunies.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière