Aller au contenu principal

La télédétection pour piloter le pâturage ? 

Avec Airdetect, il s'agit de prédire la biomasse valorisable pour la pâture ou la fauche à partir de mesures réalisées via le réseau satellites Sentinel-2 ou un drone.

Le satellite passe tous les cinq jours, mis en cas de couverture nuageuse, il ne permet pas d'accéder à l'info.
© ESA/ATG medialab

L'herbomètre est un outil simple, précis mais contraignant : il oblige à visiter les parcelles fréquemment. Cela amène à se poser la question de la télédétection. Lancé par la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, le projet Airdetect a pour objectif de construire un indice de végétation à partir des signaux reçus par les capteurs via Sentinel 2 ou un drone.

Un pâturage numérique dynamique

« La télédétection est déjà utilisée sur prairies dans le cadre de l’assurance prairie pour mesurer un indice de production. Mais les mesures sont réalisées sur une maille géographique de plusieurs kilomètres carré, une échelle qui ne permet pas le pilotage du pâturage, explique Anthony Uijttewaal, ingénieur fourrages à la station expérimentale Arvalis de la Jaillière. Dans le cadre du projet Airdetect, on est sur des outils qui sont sur une maille géographique à haute résolution : 10 m par 10 m en utilisant le réseau Sentinel 2 (données gratuites) avec un passage du satellite tous les cinq jours, et 15 cm sur 15 cm avec un drone nécessitant de mobiliser à la demande un pilote. » Les premiers résultats obtenus sur une année sont « encourageants, avec une erreur de prédiction acceptable en avril-mai mais pas sur juin. Il y a encore du travail car l’hétérogénéité des prairies est beaucoup plus forte que sur céréales ou colza ».

« Si le projet aboutit, on rentrera dans un pâturage numérique dynamique pour encore faire mieux coïncider l’offre aux besoins des animaux », affirme-t-il. L’herbomètre garderait son utilité pour fournir des valeurs vraies nécessaires au recalage de l’indice ou pour compenser l’absence de données satellites en cas de couverture nuageuse.

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière