Aller au contenu principal

La mention "fromage fermier " sera possible en cas d'affinage à l'extérieur de la ferme

La règle d'étiquetage des fromages fabriqués à la ferme puis affinés à l'extérieur de la ferme, va changer. L'assemblée nationale, puis le sénat le 4 mars dernier, ont entériné la possibilité de les étiqueter "fermiers". Un assouplissement qui nourrit des craintes.

fabrication de fromage à la ferme
© C. Pruilh - Archives

Avant cette nouvelle disposition règlementaire, seuls les fromages fabriqués à la ferme (avec le lait de la ferme), affinés à la ferme et vendus par l'éleveur pouvaient arborer la mention "fermier" sur leur emballage. Il y avait une tolérance pour certains fromages AOP dont l'affinage à l'extérieur de la ferme est traditionnel. Et leur cahier des charges encadre cette pratique.

Encore des décrets à paraître

Cette nouvelle disposition ouvre la possibilité pour tout fromage fabriqué à la ferme et affiné à l'extérieur d'être estampillé "fermier". Il reste des décrets d'application à venir, pour préciser cette nouvelle disposition, notamment sur l'information du consommateur (nom du producteur sur l'étiquette...) et sur les "usages traditionnels" (les conditions d'affinage). 

Un intérêt pour certains projets fermiers

Ce texte présente un intérêt pour "plus de 10% des producteurs fermiers [qui] ont choisi d'affiner à l'extérieur leurs fromages fermiers (dits "en blanc" NDLR) dans des situations et des circuits très divers", selon la FNPL (fédération nationale des producteurs de lait) et la Fnec (fédération nationale des éleveurs de chèvres). "Qu'ils soient en AOP ou non, que ce soit pour tout ou partie de leurs fromages fermiers, pour une période de l'année ou toute l'année, en structure d'affinage collectif ou non, des producteurs laitiers fermiers ont fait ce choix."

Des risques de dérives et de concurrence déloyale

Mais en l'état actuel du texte, cette nouvelle disposition fait craindre des dérives, avec l'arrivée de gros opérateurs affineurs qui pourraient profiter de la valeur du terme "fermier", galvauder la mention fermière avec des produits standardisés, selon l'Association nationale des producteurs laitiers fermiers (ANPLF) - 5 700 producteurs. "Nous avons senti une pression pour que ce texte soit d'application large. Nous voulions restreindre cette extension de la mention "fermier" aux fromages AOP et IGP, parce qu'ils ont des cahiers des charges encadrant la pratique de l'affinage à l'extérieur. Par ailleurs, nous sommes favorables aux ateliers collectifs d'affinage, à condition que ces structures ne regroupent que des producteurs dirigées par eux, et n'affinent que leurs fromages fermiers. Enfin, nous demandons que l'étiquetage mentionne obligatoirement le nom de l'éleveur", développe l'association. 

L'ANPLF craint avec l'arrivée de gros opérateurs affineurs une concurrence déloyale et le risque de confusion pour le consommateur, entre les "véritables" fromages fermiers et des fromages fermiers affinés à l'extérieur standardisés. "Pour les producteurs fermiers, le risque est qu'ils se voient concurrencés par de gros opérateurs qui ont tendance à baisser la valorisation des produits (...)."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-François et Olivier Glinec, avec Groupie, croisée montbéliarde de 11 ans, fille de la doyenne du troupeau de 16 ans.
« Nos vaches font en moyenne 7,5 lactations »
Dans le Finistère, avec un système très économe, le troupeau du Gaec de Trevarn bat tous les records de longévité. Si le niveau d…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière