Aller au contenu principal
Font Size

La mention "fromage fermier " sera possible en cas d'affinage à l'extérieur de la ferme

La règle d'étiquetage des fromages fabriqués à la ferme puis affinés à l'extérieur de la ferme, va changer. L'assemblée nationale, puis le sénat le 4 mars dernier, ont entériné la possibilité de les étiqueter "fermiers". Un assouplissement qui nourrit des craintes.

fabrication de fromage à la ferme
© C. Pruilh - Archives

Avant cette nouvelle disposition règlementaire, seuls les fromages fabriqués à la ferme (avec le lait de la ferme), affinés à la ferme et vendus par l'éleveur pouvaient arborer la mention "fermier" sur leur emballage. Il y avait une tolérance pour certains fromages AOP dont l'affinage à l'extérieur de la ferme est traditionnel. Et leur cahier des charges encadre cette pratique.

Encore des décrets à paraître

Cette nouvelle disposition ouvre la possibilité pour tout fromage fabriqué à la ferme et affiné à l'extérieur d'être estampillé "fermier". Il reste des décrets d'application à venir, pour préciser cette nouvelle disposition, notamment sur l'information du consommateur (nom du producteur sur l'étiquette...) et sur les "usages traditionnels" (les conditions d'affinage). 

Un intérêt pour certains projets fermiers

Ce texte présente un intérêt pour "plus de 10% des producteurs fermiers [qui] ont choisi d'affiner à l'extérieur leurs fromages fermiers (dits "en blanc" NDLR) dans des situations et des circuits très divers", selon la FNPL (fédération nationale des producteurs de lait) et la Fnec (fédération nationale des éleveurs de chèvres). "Qu'ils soient en AOP ou non, que ce soit pour tout ou partie de leurs fromages fermiers, pour une période de l'année ou toute l'année, en structure d'affinage collectif ou non, des producteurs laitiers fermiers ont fait ce choix."

Des risques de dérives et de concurrence déloyale

Mais en l'état actuel du texte, cette nouvelle disposition fait craindre des dérives, avec l'arrivée de gros opérateurs affineurs qui pourraient profiter de la valeur du terme "fermier", galvauder la mention fermière avec des produits standardisés, selon l'Association nationale des producteurs laitiers fermiers (ANPLF) - 5 700 producteurs. "Nous avons senti une pression pour que ce texte soit d'application large. Nous voulions restreindre cette extension de la mention "fermier" aux fromages AOP et IGP, parce qu'ils ont des cahiers des charges encadrant la pratique de l'affinage à l'extérieur. Par ailleurs, nous sommes favorables aux ateliers collectifs d'affinage, à condition que ces structures ne regroupent que des producteurs dirigées par eux, et n'affinent que leurs fromages fermiers. Enfin, nous demandons que l'étiquetage mentionne obligatoirement le nom de l'éleveur", développe l'association. 

L'ANPLF craint avec l'arrivée de gros opérateurs affineurs une concurrence déloyale et le risque de confusion pour le consommateur, entre les "véritables" fromages fermiers et des fromages fermiers affinés à l'extérieur standardisés. "Pour les producteurs fermiers, le risque est qu'ils se voient concurrencés par de gros opérateurs qui ont tendance à baisser la valorisation des produits (...)."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière