Aller au contenu principal

La marge de la production laitière augmente

Sur le début de l’année, les produits grimpant plus vite que les charges, l’indice de marge du lait, la Milc, est à la hausse sur les quatre premiers mois de 2022. Elle reste toutefois à un niveau modeste.

La marge de la production laitière augmente

« La Milc lait de vache a atteint 111 €/1 000 l au mois d’avril, malgré des charges qui continuent de battre des records », écrit l’Institut de l’élevage (Idele) le 20 juin. Sur un an, cette marge indicée a progressé de +26 €/1 000 l. « La hausse du prix du lait (+71 €) est presque gommée par celle des charges (+67 €), mais les prix du coproduit viande (+22 €) permettent à la Milc d’excéder son niveau d’avril 2021 de +85 €/1 000 l. » Pour mai, Idele prévoit que la Milc poursuive son ascension, du fait de l’appréciation du prix du lait et d’une pause dans la hausse des charges.

« Ce niveau de Milc reste très moyen, au regard des années 2008 et 2014, où des niveaux stimulants avaient entraîné des hausses de livraisons », pointe Christophe Perrot, d’Idele. Ce qui n’est pas le scénario de 2022, où la collecte essuie un repli.

Attention au produit lait cet été

Elvup, organisme de conseil en élevage de l’Orne confirme que la marge sur coût alimentaire a progressé (chiffre allant jusque mars). « En pleine pousse de l’herbe, une marge de 270 euros par vache présente était tout à fait réalisable, sans même tenir compte des prix de la viande. Le produit lait a augmenté davantage que les charges opérationnelles. En début d’année, il y avait encore des contrats d’approvisionnement en matière première intéressants. Mais depuis mars, les charges flambent vraiment. Donc, l’évolution positive de la marge n’est pas acquise pour les mois à venir. »

Jean-Marie Séronie, agroéconomiste indépendant, a rappelé, lors d’un webinaire organisé par Littoral Normand, l’importance de suivre l’efficacité technique de son atelier lait. « Si les économies font baisser le produit lait, cela peut dégrader l’efficacité et donc la marge. » Mais aussi de suivre son prix d’équilibre, son coût de revient et son coût marginal. « Le coût des quelques vaches de plus ou de moins est celui qui varie le plus en conjoncture instable. »

Ipampa et Milc, des indices partiels

L’indice de charge Ipampa représente environ 70 % des coûts en exploitation laitière. Ce panier de charges comprend, par ordre d’importance : les aliments achetés, les matériels et installations, les frais généraux, l’énergie et les lubrifiants, les bâtiments, les produits vétérinaires et services, l’entretien du matériel, les engrais et amendements, etc. Ne sont pas pris en compte les frais de personnel, les travaux par tiers, les fermages et impôts fonciers, les frais financiers.

La Milc, c’est la Marge Ipampa Lait de vache sur Coût total indicé. Elle fait la différence entre les valeurs d’un panier de produits et celles du panier de charges Ipampa. Le panier de produits représente les produits de l’atelier lait : le produit lait conventionnel et le coproduit viande (veaux nourrissons, vaches de réforme et quelques génisses). La Milc est exprimée en euros pour 1 000 litres, puis convertie en indice.

Actuellement, la base 100 de l’Ipampa et de la Milc est en 2015. L’échantillon actuel comporte 1343 exploitations laitières, représentatif des exploitations les plus soumises à la volatilité, hors bio et hors certaines AOP. En moyenne, elles produisent 410 550 litres par an, avec 59 vaches laitières à 6 919 l/VL/an, et 73 hectares de SFP.

L’évolution

+21 %

C’est l’augmentation de l’indice Ipampa lait de vache d’avril comparé à celui d’avril 2021. Idele explique que cet indice général croît en continu depuis dix-neuf mois. Le poste engrais et amendement s’est envolé : +108 % par rapport à avril 2021. Le poste énergie et lubrifiant a augmenté de 40 %, car les prix se sont légèrement détendus entre janvier et avril. Le poste aliments achetés a progressé de 27 % par rapport à avril 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
La proximité des exploitations facilite les collaborations entre éleveurs et céréaliers
Contractualisez-vous avec des céréaliers pour sécuriser vos stocks ?
Des synergies sont possibles entre exploitations d’élevage et de grandes cultures. Cette coopération peut notamment vous…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière