Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« La France est la base de rayonnement de Lactalis »

Interrogé par la Revue Laitière Française sur le regard que le groupe porte sur sa présence en France, Daniel Jaouen, directeur général, se veut rassurant.

Alors que le développement à l’international (NDLR 80% du CA à l’international en croissance) est un axe fort de la stratégie du groupe, Lactalis reste bien implanté en France avec 70 sites de transformation répartis sur tout le territoire. La France est notre base de développement et nous voulons continuer à nous y développer, affirme Daniel Jaouen, DG Lactalis. Nous avons investi dernièrement sur notre unité de Corcieux dans les Vosges dans un coagulateur pour la fabrication de brie dédié à l’export en Europe et dans le monde. Un entrepôt de logistique vient d’être inauguré près de Lyon. Il va accueillir une centaine de nouveaux collaborateurs. Cette plate-forme nous permettra de couvrir le sud de la France et l’Italie notamment. Autre preuve, la reprise des Fromageries Graindorge qui souligne notre engagement fort dans les AOP. Nous voulons continuer à défendre nos parts de marché en marques propres et en MDD tout en restant compétitifs. Pour cela nous investissons dans nos outils et nous innovons pour créer de la valeur. » Après avoir expliqué que « la rentabilité est moins bonne sur les marchés mâtures (pays européens, Canada) » et qu’ "elle est plus élevée en Asie où la croissance est à deux chiffres», il précise que « l’approche stratégique n’est pas segmentée dans ce sens. Les difficultés liées au marché français nous amènent à rester vigilants et à investir à toutes les strates pour garder nos positions ».

Rien que du lait, pas de végétal

Contrairement à d’autres grands groupes laitiers, l’entreprise ne s’intéresse pas au végétal. « Lactalis c’est tous les laits (vache, brebis, chèvre), mais rien que le lait ».  Car « les bienfaits des produits laitiers sont bien supérieurs à ceux des produits végétaux même quand ceux-ci sont enrichis en calcium et en vitamines. » Quant au bio, « c’est un axe à développer d’une façon raisonnable pour générer de la valeur.» Mais « attention à ne pas noyer ce marché et faire plonger sa valorisation comme c’est en ce moment le cas aux États-Unis ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Une charte pour installer de nouveaux coopérateurs
L' objectif de la charte signée entre Coop de France métiers du lait et Jeunes Agriculteurs est de mieux accueillir les jeunes…
Vignette
L’attractivité de la filière laitière au cœur des journées des coopératives laitières
Lors d’une conférence de presse organisée le 18 avril à l’occasion de leurs journées 2019, les coopératives laitières se sont…
Vignette
Biolait régule les volumes pour limiter ses excédents de printemps
Le premier collecteur de lait bio français (1) veut limiter ses excédents de printemps sans pénaliser la…
Vignette
Lactalis soutient toujours l'essor du lait bio
Un accord sur le prix du lait bio 2019 a été conclu entre Lactalis et les OP bio, de 5 €/1 000 l supérieur à celui de 2018.
Vignette
Quels sont les débouchés du lait collecté en France ?
Une étude de l'Institut de l'élevage tente de tracer le lait et de mesurer notre degré d'autosuffisance. Le déficit de la France…
Vignette
Le rachat du site de Carhaix est une bonne nouvelle
Sodiaal va gagner 3 à 4 ans dans son plan de développement... tout en soldant la dette de Synutra qui n'a pas su faire monter en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière