Aller au contenu principal

« La France est la base de rayonnement de Lactalis »

Interrogé par la Revue Laitière Française sur le regard que le groupe porte sur sa présence en France, Daniel Jaouen, directeur général, se veut rassurant.

Daniel Jaouen, DG Lactalis. « Nous voulons continuer à nous développer en France. »
© Lactalis

Alors que le développement à l’international (NDLR 80% du CA à l’international en croissance) est un axe fort de la stratégie du groupe, Lactalis reste bien implanté en France avec 70 sites de transformation répartis sur tout le territoire. La France est notre base de développement et nous voulons continuer à nous y développer, affirme Daniel Jaouen, DG Lactalis. Nous avons investi dernièrement sur notre unité de Corcieux dans les Vosges dans un coagulateur pour la fabrication de brie dédié à l’export en Europe et dans le monde. Un entrepôt de logistique vient d’être inauguré près de Lyon. Il va accueillir une centaine de nouveaux collaborateurs. Cette plate-forme nous permettra de couvrir le sud de la France et l’Italie notamment. Autre preuve, la reprise des Fromageries Graindorge qui souligne notre engagement fort dans les AOP. Nous voulons continuer à défendre nos parts de marché en marques propres et en MDD tout en restant compétitifs. Pour cela nous investissons dans nos outils et nous innovons pour créer de la valeur. » Après avoir expliqué que « la rentabilité est moins bonne sur les marchés mâtures (pays européens, Canada) » et qu’ "elle est plus élevée en Asie où la croissance est à deux chiffres», il précise que « l’approche stratégique n’est pas segmentée dans ce sens. Les difficultés liées au marché français nous amènent à rester vigilants et à investir à toutes les strates pour garder nos positions ».

Rien que du lait, pas de végétal

Contrairement à d’autres grands groupes laitiers, l’entreprise ne s’intéresse pas au végétal. « Lactalis c’est tous les laits (vache, brebis, chèvre), mais rien que le lait ».  Car « les bienfaits des produits laitiers sont bien supérieurs à ceux des produits végétaux même quand ceux-ci sont enrichis en calcium et en vitamines. » Quant au bio, « c’est un axe à développer d’une façon raisonnable pour générer de la valeur.» Mais « attention à ne pas noyer ce marché et faire plonger sa valorisation comme c’est en ce moment le cas aux États-Unis ».

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière