Aller au contenu principal

La filière laitière maintient sa feuille de route France Terre de Lait

Malgré la crise, l’interprofession laitière entend poursuivre le travail collectif engagé avec France Terre de lait et publie le premier rapport de responsabilité sociétale de la filière. 

« Donnons-nous au moins la capacité d'avoir une cellule de crise au niveau européen », a plaidé Thierry Roquefeuil auprès du ministre de l'Agriculture. © A. Conté
« Donnons-nous au moins la capacité d'avoir une cellule de crise au niveau européen », a plaidé Thierry Roquefeuil auprès du ministre de l'Agriculture.
© A. Conté

« Notre feuille de route, c’est le plan de filière France Terre de lait ; malgré la crise, aucun des quatre collèges de l'interprofession ne veut s’extraire de cette dynamique », a affirmé Thierry Roquefeuil, président du Cniel en assemblée générale le 9 septembre. L’enjeu prioritaire est de redonner sa juste valeur aux produits laitiers, de montrer qu’ils ont leur place dans une alimentation saine, durable et accessible à tous. « Nous avons écouté les attentes de la société. Le sens de notre démarche de responsabilité sociétale est d’objectiver les pratiques, en s'engageant à être transparent. »

France Terre de Lait se décline en quatre axes de performances. Un axe économique et social pour rémunérer les producteurs et améliorer les conditions de travail ; un axe de performance sanitaire pour garantir un haut niveau d’hygiène et de qualité des produits laitiers ; un axe de production et transformation durable, notamment pour le bien-être animal et l’environnement ; et un axe de performance alimentaire.

Un engagement sur des objectifs et de la transparence

Le premier rapport de responsabilité sociétale de la filière vient d’être publié par le Cniel : il est accessible sur www.franceterredelait.fr. À l’image des rapports extra-financiers des grandes entreprises, il présente les chiffres et messages clés de la filière, sa stratégie, sa gouvernance, et les dialogues initiés depuis deux ans avec les représentants de la sphère citoyenne (ONG…). « Le cœur du rapport, ce sont les huit engagements (deux par axe) pris par la filière en précisant avec quels indicateurs ils vont être mesurés et suivis, et quels sont les plans d’action pour atteindre les objectifs fixés », a expliqué Thierry Geslain, en charge de la RS de la filière.

« C’est grâce à ce travail collectif au travers de France Terre de Lait, que nous avons pu être réactifs lors de l’incendie de Lubrizol et la crise de la Covid-19, a souligné Thierry Roquefeuil. Ce travail a permis d’établir une confiance réciproque et les bases d’une solidarité et responsabilité partagées. »

« Il faut continuer à avancer sur les quatre axes du plan », a de son côté défendu Marie-Thérèse Bonneau, présidente du collège producteurs du Cniel. Car ce plan a été mis en place pour faire face à une situation douloureuse après les crises de 2009 et 2015-2016. Il reconnaît le rôle de chaque maillon. « La dynamique est enclenchée mais nous sommes encore loin du résultat final. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
L’installation de méthanisation du Gaec Le Sablonné est constituée d’un petit digesteur de 560 m3 et d’un séparateur de phase à tamis. Entre les deux, le local de cogénération. © F. Gervais
La petite méthanisation trouve sa place
L’Idele a suivi pendant un an deux unités de petite méthanisation. Les résultats montrent la pertinence de ce modèle, à condition…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière