Aller au contenu principal

La cétose a un impact majeur sur les performances de repro

La cétose un effet immédiat sur l’ovulation qui est perturbée. Et elle a un effet plus tardif sur la qualité de l’ovocyte qui se traduit par des échecs à l’IA entre 60 et 120 jours après vêlage.

Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité. © A. Conté
Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité.
© A. Conté

« Dans les suivis repro, la cétose doit être prise en compte pour améliorer les performances de reproduction », affirme Jonathan Eudes, d’Elanco. Elle impacte les performances de repro de manière majeure à deux niveaux.

1 - Le déficit énergétique a un impact immédiat sur l’ovulation : soit la vache n’ovule pas, soit il y a formation d’un kyste lors de la reprise de cyclicité. Les études de la bibliographie montrent qu’une vache en cétose a six fois plus de risque d’avoir un kyste ovarien. Cette perturbation de l’ovulation impacte les performances de reproduction en augmentant l’intervalle vêlage-1re ovulation, l’intervalle vêlage-1re chaleur et donc l’intervalle vêlage-1re IA.

2 - Le déficit énergétique a un impact différé lié à la baisse de qualité des ovocytes. Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité ; mais le follicule continue à maturer et la vache à ovuler. Et c’est entre 60 et 120 jours après vêlage qu’on a une augmentation du risque d’échec à l’insémination, dû à une mortalité embryonnaire précoce. « Les éleveurs le voient assez fréquemment : s’ils mettent la vache à l’IA à ce moment là, ils ont un échec, puis un deuxième puis peut-être un troisième, et bizarrement après 120 jours, l’insémination est fécondante parce que l’ovocyte a été produit après la période de déficit énergétique, décrit Jonathan Eudes. Certains font le choix d’avancer l’insémination et se rapprochent des 40 jours post-vêlage ; cela peut marcher, tout dépend de l’importance du déficit. »

Au final, la cétose se traduit par un retard à la reproduction subi : allongement de l’IVIAF et augmentation du nombre moyen d’IA par vache. Avec derrière un risque de lactation longue et de vache grasse, conduisant à nouveau à des problèmes à la lactation suivante.

On peut gérer ces problèmes lorsqu’ils sont déjà installés de manière curative par notamment l’utilisation de protocoles hormonaux. Mieux vaut agir avant qu’ils n’apparaissent de manière préventive par une bonne gestion de la période de transition et une prévention du déficit des vaches à risque.

 

Lire aussi : Prévenir la cétose pendant le tarissement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière