Aller au contenu principal

La cétose a un impact majeur sur les performances de repro

La cétose un effet immédiat sur l’ovulation qui est perturbée. Et elle a un effet plus tardif sur la qualité de l’ovocyte qui se traduit par des échecs à l’IA entre 60 et 120 jours après vêlage.

Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité. © A. Conté
Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité.
© A. Conté

« Dans les suivis repro, la cétose doit être prise en compte pour améliorer les performances de reproduction », affirme Jonathan Eudes, d’Elanco. Elle impacte les performances de repro de manière majeure à deux niveaux.

1 - Le déficit énergétique a un impact immédiat sur l’ovulation : soit la vache n’ovule pas, soit il y a formation d’un kyste lors de la reprise de cyclicité. Les études de la bibliographie montrent qu’une vache en cétose a six fois plus de risque d’avoir un kyste ovarien. Cette perturbation de l’ovulation impacte les performances de reproduction en augmentant l’intervalle vêlage-1re ovulation, l’intervalle vêlage-1re chaleur et donc l’intervalle vêlage-1re IA.

2 - Le déficit énergétique a un impact différé lié à la baisse de qualité des ovocytes. Tous les ovocytes qui mâturent pendant la période de déficit énergétique, entre 2-3 semaines avant vêlage et 6-7 semaines après vêlage, sont de mauvaise qualité ; mais le follicule continue à maturer et la vache à ovuler. Et c’est entre 60 et 120 jours après vêlage qu’on a une augmentation du risque d’échec à l’insémination, dû à une mortalité embryonnaire précoce. « Les éleveurs le voient assez fréquemment : s’ils mettent la vache à l’IA à ce moment là, ils ont un échec, puis un deuxième puis peut-être un troisième, et bizarrement après 120 jours, l’insémination est fécondante parce que l’ovocyte a été produit après la période de déficit énergétique, décrit Jonathan Eudes. Certains font le choix d’avancer l’insémination et se rapprochent des 40 jours post-vêlage ; cela peut marcher, tout dépend de l’importance du déficit. »

Au final, la cétose se traduit par un retard à la reproduction subi : allongement de l’IVIAF et augmentation du nombre moyen d’IA par vache. Avec derrière un risque de lactation longue et de vache grasse, conduisant à nouveau à des problèmes à la lactation suivante.

On peut gérer ces problèmes lorsqu’ils sont déjà installés de manière curative par notamment l’utilisation de protocoles hormonaux. Mieux vaut agir avant qu’ils n’apparaissent de manière préventive par une bonne gestion de la période de transition et une prévention du déficit des vaches à risque.

 

Lire aussi : Prévenir la cétose pendant le tarissement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière