Aller au contenu principal

« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »

Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait jamais été confronté à une telle sécheresse. Plus que les stocks, c'est la qualité des fourrages qui l'inquiète. Témoignage.

Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
© S. Luet

« Nous sommes habitués aux épisodes secs, mais bien souvent, il y a toujours un orage qui nous sauve la mise, avance Stéphane Luet, jeune éleveur installé sur la ferme familiale dans le Maine-et-Loire. Mais cet été, la météo a été particulièrement sévère avec nous, poursuit-il dépité. Je n’avais jamais connu une sécheresse d’une telle ampleur ni des températures aussi excessives. L’eau nous a cruellement manqué, les prairies sont littéralement grillées. Bon an mal an, je pense que nous allons nous en sortir quantitativement, car nous bénéficions de stocks de report de l’an dernier. Ce qui m’inquiète, c’est plutôt la valeur des fourrages. En particulier celle du maïs qui constitue les deux tiers de la ration hivernale de nos 75 Prim’Holstein à 8 500 l, aux côtés de l’herbe ensilée ou enrubannée. Il y a de la tige et du volume, mais une partie des épis a mal fécondé.

Pourtant, la saison s’annonçait bien avec une belle moisson de céréales à paille et une récolte d’herbe satisfaisante en quantité et qualité. Les prairies de fauche ont donné 7 tMS/ha au printemps. Quant au maïs semé le 14 avril, il avait très bien levé et semblait prometteur. Aujourd’hui, je me demande vraiment ce que ça va donner pour faire du lait… J’ai décidé d’ensiler mi-août les parcelles où il n’y avait pas de grain.  

Les vaches tournent à 100 % de ration hivernale depuis début juillet. A cette date, d’habitude, l’herbe pâturée représente encore la moitié de leur régime. Avec la canicule, elles ont produit 2 à 3 litres de moins par jour. Par contre les taux se sont maintenus.

La trésorerie tient bon malgré l’inflation des charges, mais je crains le retour de bâton quand je vais devoir payer les factures d’aliments cet hiver. Il faudra vraiment calculer si ça vaut le coup financièrement d’acheter au prix fort en fonction du prix du lait. Peut-être faudra-t-il réduire la voilure... J’attends d’avoir fini d’ensiler le maïs (30 août) et de compiler les analyses pour engager des achats. Il manquera certainement de l’énergie dans la ration. Heureusement que j’ai souscris une assurance sécheresse pour les fourrages. Cela devrait permettre de compenser un peu et de passer le cap. J’espère que 2022 restera une sécheresse historique qui ne renouvellera pas trop souvent… Au delà des conséquences à court et moyen terme, cela pose question pour l'avenir. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière