Aller au contenu principal

Installation : avez-vous pris du volume de lait supplémentaire proposé par votre laiterie ?

Rien, un peu, beaucoup... Pour votre projet d’installation, avez-vous eu besoin des volumes de lait que votre laiterie propose aux jeunes installés, en plus de la référence laitière à reprendre ?

Traite des vaches
S’installer ne rime pas forcément avec volumes supplémentaires de lait.
© A. Conté

Samuel Bouchier, en EARL dans l’Isère

NON

Samuel Bouchier, en EARL dans l'Isère, posant devant ses vaches au cornadis
Samuel Bouchier, en EARL dans l'Isère © S. Bouchier
Je me suis installé en décembre 2022 et je n’ai pas pris de volume supplémentaire de référence laitière. Je me suis installé suite au départ de mes deux parents. Ils ne faisaient déjà pas leur référence de 638 000 litres. Le bâtiment et le robot de traite étaient déjà saturés. La ferme n’était déjà pas autonome en fourrage avec 130 hectares de prairies à 1 000 mètres d’altitude pour 60 à 65 vaches traites et leur suite. Et nous sommes bloqués en surface du fait d’une très forte pression foncière, étant à 30 minutes de Grenoble. Même si j’avais pu m’agrandir, je ne pense pas que je l’aurais fait, pour garder la cohérence de mon système robot et pâturage, avec 36 hectares accessibles pour les vaches traites. Avec deux salariés pour 1,5 équivalent temps plein, c’est un système économique qui me laisse du temps libre pour ma famille.

Baptiste Badot, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire

OUI

Baptiste Badot, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire
Baptiste Badot, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire © B. Badot
J'ai pris près de 400 000 litres, mais en changeant de laiterie. Je me suis installé en avril 2019, mais déjà en 2016 mes deux futurs associés avaient repris une ferme de 80 hectares en vue de mon installation. Le cédant de cette ferme était resté sur le Gaec en attendant sa retraite et mon installation. Mon projet d’installation consistait à reprendre du lait pour vivre à trois du lait et d’un atelier grandes cultures. En 2019, Danone ne voulait pas répondre à ma demande de volumes supplémentaires. Nous avons eu alors l’opportunité de quitter Danone pour rejoindre la Coopérative d’Etrez. Nous avons pu demander le volume dont nous avions besoin pour réaliser notre projet, saturer le bâtiment et les robots : 1,1 million de litres en 2020, et une croissance progressive pour atteindre 1,250 million de litres fin 2023. Les ventes de beurre et crème AOP de Bresse de la coopérative se développaient alors, et aujourd’hui encore, la dynamique en produits gastronomiques reste là malgré l’inflation.

Benoît Rozier, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire

OUI

Benoît Rozier, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire
Benoît Rozier, en Gaec à trois associés en Saône-et-Loire © B. Rozier
J'ai pris 200 000 litres pour passer toute la référence en volume A et l’augmenter aussi. Je me suis installé en mars 2021 sur le Gaec de mon père et de mon oncle. En 2015, ils avaient fait construire une nouvelle stabulation pour les vaches laitières en vue de mon installation, puis ils s’étaient fait attribuer du volume B pour saturer le bâtiment. Mais le prix B était volatil, lié aux cotations beurre poudre, et nous voulions un prix du lait plus stable. J’ai pris 200 000 litres sur les 300 000 litres proposés par notre coopérative Sodiaal. Pour les jeunes, c’étaient des volumes A. Ainsi, tous les volumes du Gaec - 676 000 litres - étaient payés en A (NDLR : depuis avril 2023, Sodiaal a mis fin au double volume-double prix ; tous les volumes sont payés le même prix). Le reste de mon projet était une diversification du Gaec : j’ai apporté une exploitation reprise qui comptait des surfaces, un atelier porcs et des vaches allaitantes. En résumé, avec mon installation, le Gaec est passé de 2 à 3 associés, a augmenté son atelier lait et allaitant, et a créé un atelier porcin.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière