Aller au contenu principal

Génétique : Des semences avec un meilleur pouvoir fécondant

Prefoux est un des neuf taureaux disponibles dans cette gamme qui comprend six prim’Holstein et trois normands
Prefoux est un des neuf taureaux disponibles dans cette gamme qui comprend six prim’Holstein et trois normands
© Gejp

Il y a des taureaux connus pour être en moyenne plus fertiles que d’autres. Mais avec les paillettes « Fertimax », Evolution a franchi un nouveau palier dans la recherche de gain de fertilité. Responsable de la création génétique et de la production de semences au sein du groupe Innoval, la structure a en effet mis au point une méthode d’analyse basée sur la spectrométrie moyen infrarouge (MIR) permettant de repérer les éjaculats d’un taureau ayant le meilleur pouvoir fécondant. « Avec ces paillettes, vous pouvez gagner huit points de réussite à l’insémination avec des doses de semences non sexées », précise Kevin Tual, responsable marché génétique lait d’Innoval.

L’intervalle vêlage-vêlage réduit de six jours

Les paillettes « Fertimax » coûtent 6 euros de plus que les doses de semences conventionnelles issues du même taureau. En contrepartie, « elles permettent de réduire l’intervalle vêlage-vêlage de six jours en moyenne. À deux euros par jour, cela représente un gain potentiel de douze euros », a indiqué Benoît Guyonnet, du service R&D d’Evolution, lors des Douzièmes rencontres point d’étape, organisée par France Conseil élevage et Allice.

« Les éleveurs préfèrent notamment utiliser des paillettes « Fertimax » pour conserver des vaches à haut potentiel génétique et leur descendance plutôt que de faire du croisement. » Seules les races prim’Holstein et normande sont actuellement concernées par ce service qui est d’ores et déjà disponible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
Le prix Lactalis augmente plus rapidement que celui de ses concurrents ce printemps.
Le prix du lait Lactalis parmi les plus élevés

Après d’importantes…

C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière