Aller au contenu principal

Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués

L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'exploitations enquêtées. Les indicateurs économiques coût de production et prix de revient, sont publiés par l'interprofession laitière pour les exploitations conventionnelles de plaine, de montagne, et bio.

© Cniel

L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'exploitations enquêtées. Les résultats s'affinent et les exploitations bio ont leur indicateur coût de production et prix de revient.

Pour les exploitations conventionnelles de plaine, en 2019, les indicateurs sont de 499 € pour 1000 litres pour le coût de production et de 403 €/1000 l pour le prix de revient. La hausse entre 2019 et 2018 est minime, car la forte hausse du poste Achats d'aliments est notamment compensée par une baisse importante du poste Mécanisation.

Pour les exploitations de montagne, entre 2019 et 2018, l'observatoire montre une hausse importante des indicateurs : + 21 € de coût de production à 644 €/1000 l ; et + 22 € de prix de revient à 483 €. Cette envolée est principalement due aux postes Achats d'aliment, Travail et Mécanisation.

Pour les élevages bio, entre 2019 et 2018, la hausse est marquée : + 12 € de coût de production à 764 €/1000 l ; et + 13 € de prix de revient à 547 €.

«Les sécheresses à répétition et l’augmentation des coûts du salariat liée à la mutation des exploitations laitières explique cette augmentation entre 2018 et 2019», décrypte Daniel Perrin, secrétaire général de la FNPL.

Pour rappel, le Cniel a mis en place cet observatoire national des coûts de production du lait de vache en France, en s’appuyant sur des données mises à disposition par des centres de gestion et organismes de conseil en élevage, avec l'appui technique de l’Institut de l’élevage (Idele). Les prix de revient doivent servir de base dans les négociations commerciales annuelles entre la grande distribution et ses fournisseurs.

Le coût de production (CP) est la somme des charges mobilisées pour l’atelier lait : des charges réelles constatées (opérationnelles et de structure), des amortissements et une rémunération forfaitaire des facteurs de production, notamment la main d’oeuvre des exploitants à hauteur de 2 SMIC par unité de main d’oeuvre dédiée à l’atelier lait. Il prend en compte l’ensemble des moyens à mobiliser pour produire du lait (à taux réel).

Le prix de revient (PR) est la différence entre le coût de production de l’atelier lait et le montant des aides et des autres produits affectés à cet atelier. Il constitue un point de comparaison avec le prix du lait à teneur réelle.

Un écart élevé entre coût de production et prix de revient

La différence entre le prix de revient et le coût de production est importante pour les exploitations de montagne et les bio : 161 €/1000 l et 217 € respectivement avec les données 2019. Cet écart s'explique aux deux-tiers par les aides, et un tiers est dû aux autres produits de l'atelier lait (réforme, veau). "Ramenées aux 1000 litres, les aides et les produits joints des systèmes de montagne et bio sont plus élevés qu'en système conventionnel de plaine", souligne l'Idele. Les systèmes de montagne et bio étant moins productifs, leur niveau d'aide et de produit joint (réformes, veau) est moins dilué par le volume de lait quand on exprime "pour 1000 litres".

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière