Aller au contenu principal

Fertilisation : La ferme de Trévarez est en quasi-autonomie

La ferme expérimentale des chambres d’agriculture de Bretagne couvre la quasi-totalité des besoins en azote, phosphore et potasse avec ses fumiers et lisiers.

Dans le système bio, les vaches en production séjournent sur deux sites (hiver, printemps-été). La traite est assurée par un robot de traite mobile. Tous les deux disposent d’une fosse à lisier. © CA Bretagne
Dans le système bio, les vaches en production séjournent sur deux sites (hiver, printemps-été). La traite est assurée par un robot de traite mobile. Tous les deux disposent d’une fosse à lisier.
© CA Bretagne

La station expérimentale de Trévarez, dans le Finistère, conduit deux systèmes laitiers distincts : l’un en conventionnel avec un cheptel de 130 vaches, l’autre en bio avec 65 laitières. Les vaches sont sur logettes avec substrat de sciure de bois et les génisses sur litière accumulée. Depuis 2018, le système conventionnel est engagé dans une démarche bas carbone. La station établit le plan de fumure avec le logiciel MesParcelles des chambres d’agriculture. Le système conventionnel dispose de 800 tonnes de fumier et 1 200 m3 de lisier. Le fumier est principalement destiné au maïs, qui est conduit avec un objectif de rendement de 14 à 16 tMS/ha. Il est pesé sur le pont bascule de la station et apporté, à raison de 30 t/ha, deux mois avant le semis si la portance des sols le permet. Ce qui n’a pas été le cas cette année. Seules les parcelles tardives reçoivent un complément de 18-46. Du fumier est également apporté à la culture de betterave et sur certaines prairies en fin d’été-automne. Les surfaces en herbe sont fertilisées avec le lisier, légèrement dilué (2,5 g/kg d’azote total). Un premier apport (25-30 m3/ha) est effectué sur les parcelles pâturées par les vaches laitières environ trois semaines avant la mise à l’herbe pour limiter les problèmes d’appétence. Les prairies de fauche et les pâtures éloignées reçoivent du lisier (à la même dose) avant le premier cycle et/ou après les première et deuxième coupes selon les disponibilités.

L’épandage est majoritairement délégué

Au total, seuls 24 hectares de prairies bénéficient d’un apport d’azote minéral (50 U) sous forme d’ammonitrate ou de binaire (28-0-24). Les apports d’engrais minéraux sont surtout effectués sur céréales (120 U en 3 passages) où les épandages de matière organique sont moins faciles à réaliser du fait des conditions pédoclimatiques de la station. Elle reçoit 1 200 mm de pluie par an. Le système bio est conduit selon les mêmes modalités de fertilisation, mais avec davantage de lisier proportionnellement (1 100 m3 pour 200 t de fumier) et quelques difficultés supplémentaires de gestion des effluents liées à l’éclatement du foncier.

L’épandage des fumiers est délégué à l’ETA locale. Ils sont incorporés à l’aide d’un outil à disques avant le labour. Les lisiers sont épandus soit par les techniciens de la station soit par l’ETA, dans les deux cas avec une tonne à pendillards. Le bâtiment principal est équipé d’un séparateur de phase mécanique qui permet d’homogénéiser le lisier. Dans le cadre de la démarche bas carbone, la station envisage de faire des épandages par injection pour limiter davantage encore les pertes d’azote.

Des analyses de sol de contrôle tous les cinq ans

Les apports d’effluents satisfont la quasi-totalité des besoins en éléments N, P et K. La ferme achète 6 tonnes d’ammonitrate, 4,5 tonnes de binaire et 1,2 tonne de chlorure de potasse. Dans chaque parcelle, l’évolution de la fertilité est contrôlée tous les cinq ans par une analyse de sol. Les techniciens vérifient tout particulièrement les niveaux de pH qui sont naturellement acides. Pour les maintenir proches de 6,2 des apports de sables calcaires sont effectués tous les cinq ans. Les parcelles sont riches en matière organique (6,7 %). Pour limiter les pertes en éléments fertilisants, des couverts sont mis en place à l’issue des récoltes de céréales et de maïs fourrage si aucune culture n’est prévue avant l’hiver.

 

Chiffres clés

215 ha de SAU pour 2 systèmes

Conventionnel

• 130 ha, dont 32 de maïs ensilage, 80 de prairies et 9 de céréales
• 130 vaches à 8 000 litres
• chargement de 1,4 UGB/ha SFP

Bio

• 85 ha, dont 8 de maïs, 67 de prairies, 3 de colza fourrager et 7 de méteil grain et orge
• 65 vaches à 5 000 litres
• chargement de 1 UGB/ha SFP
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière