Aller au contenu principal

Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?

Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-il de corriger les écarts d’efficience ? Aujourd'hui, ce levier ne peut pas être actionné en élevage, mais peut-être le sera-t-il demain grâce à l’alimentation de précision...

Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-il de corriger les écarts d’efficience ? C’est ce que les chercheurs ont voulu vérifier à la ferme expérimentale de Méjusseaume. Dans l’essai mené, ils ont distribué une quantité spécifique de ration à chaque animal. Selon les vaches, ils n’ont pas appliqué la même restriction alimentaire. Plus une vache se révélait inefficiente, plus son ingestion a été restreinte en diminuant la quantité totale de ration offerte. Cet essai a fourni plusieurs résultats intéressants. « En moyenne, durant la restriction alimentaire, on n’a plus vu de différences entre les vaches les plus efficientes et les moins efficientes. Certaines vaches inefficientes pendant la phase d’alimentation à volonté sont devenues efficientes pendant la phase de réduction de leur ingestion. Et enfin, grâce à la restriction alimentaire de précision, les écarts d’efficience entre vaches ont été significativement réduits (divisés par 1,3). »

A noter que la réduction des quantités ingérées a fait chuter la production laitière dans les deux groupes, mais pas plus dans le groupe des vaches le plus restreint, c’est-à-dire le moins efficient. 

Une solution peut-être demain avec les robots d’alimentation

Amélie Fischer de l'Institut de l'élevage de l'élevage © DR
« Remettre en cause le principe de l’alimentation à volonté s’avère intéressant pour améliorer l’efficience alimentaire globale du troupeau, indique Amélie Fischer de l’Institut de l’élevage. Mais ce levier de restriction alimentaire via l’alimentation de précision apparaît difficile à appliquer en élevage telle que nous l’avons mise en place à Méjusseaume. Nous avons pratiqué une restriction totale de la ration, et non partielle comme cela serait possible avec un Dac. »

 

Dico

Les chercheurs approchent l’efficience alimentaire à partir de l’écart entre ce que la vache consomme et l’ingestion attendue au regard de ses besoins (entretien, réserves corporelles, gestation et productions). A même niveau de production et de réserves corporelles, les vaches les plus efficientes mangent moins que les autres, tandis que les moins efficientes mangent plus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière