Aller au contenu principal

Faites-vous pâturer vos vaches taries un mois avant le vêlage ?

L’herbe cumule plusieurs inconvénients pour l’alimentation des vaches taries. Ceci dit, les faire sortir à la belle saison reste bénéfique pour leur bien-être et leurs aplombs, à condition de « tenir » l’ingestion d’herbe.

Tarissement et pâturage ne font pas toujours bon ménage.
© E. Bignon
 

Vincent Bigeard, en Loire-Atlantique

NON

J’ai proscrit le pâturage d’herbe du régime des vaches taries le dernier mois avant le vêlage sur les conseils de mon nutritionniste. L’herbe est bourrée de potassium. Ce n’est pas bon car cela limite l’absorption du magnésium et augmente le risque de fièvres de lait. En plus, l’herbe fait augmenter le bilan alimentaire en anions et cations (Baca) alors qu’on cherche justement à le baisser à l’approche du vêlage ! Pour une vache tarie, ma ration est simple : trois pelletées de maïs ensilage, 2 kg de tourteau de soja, et de la belle paille démêlée pour maintenir un beau volume de panse, plus un CMV adapté (Baca négatif). En appliquant cette recette, j’ai vu une nette différence : fini les fièvres de lait et les retournements de caillette. Les vaches allaient à l’auge très vite après le vêlage. Et les veaux aussi étaient plus solides !

 

Paul Boizard, dans la Somme

NON

Désormais, été comme hiver, on ne sort plus les vaches taries. Au moins la ration est plus stable et on a de meilleurs démarrages en lait. Avant, nous avions des problèmes de non-délivrance. Selon la pousse et la richesse de l’herbe, le pâturage était aléatoire. Parfois il y avait trop d’herbe, et parfois il n’y avait plus rien à brouter. Il fallait s’embêter à aller complémenter les bêtes au parc avec de la paille ou du foin… C’est fini tout ça. Maintenant, nous faisons deux lots de taries en bâtiment. Le premier reçoit 2 kg de paille broyée, 15 kg brut de maïs ensilage, 1 kg de pulpes sèches, 1 kg de correcteur, un CMV formulé pour les vaches taries et de la paille à volonté. Et trois semaines avant le vêlage, l’autre lot a une partie de la ration des laitières et du foin à volonté. Je ne reviendrai pas en arrière. En plus, la surveillance est beaucoup plus facile que lorsqu'elles pâturaient sur des parcelles éloignées, notamment pendant la moisson.

 

Christophe Mampon, dans le Puy-de-Dôme

OUI

Nous sommes dans un système herbager et les vaches taries pâturent. Quinze jours avant terme, nous les rapprochons quand même pour la préparation au vêlage. Elles continuent d’accéder à une petite parcelle attenante à la stabulation, mais l’ingestion d’herbe est alors limitée. Elles reçoivent en complément du foin de qualité au cornadis pour saturer l’ingestion. Je leur distribue aussi 1 kg d’aliment spécial vaches taries la première semaine et 2 kg la seconde. Quand on les laissait 100 % en régime pâturant jusqu’au vêlage, on avait beaucoup de fièvres de lait. En plus, comme elles vêlaient dehors, on devait courir après le veau, et le lendemain du vêlage la vache voulait absolument retourner dans le pré pour le chercher. Au départ, je pensais que ce nouveau système nous donnerait plus de travail, mais c’est plutôt l’inverse.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière