Aller au contenu principal

Êtes-vous prêt à élever moins de génisses ?

Optimisation du coût de renouvellement, problèmes de stocks de fourrages… réduire le nombre de génisses s’avère souvent payant.

 © F. Mechekour
© F. Mechekour
 

Benoît Lechêne, en Gaec en Haute-Marne

Oui

 

 

 

Suite à mon installation il y a quatre ans, nous avons augmenté l’effectif de nos vaches laitières (de 90 à 125 Montbéliardes) pour produire notre nouvelle référence (855 000 litres). On gardait toutes les génisses. Le taux de renouvellement est monté jusqu’à 45 %. Mais, comme l’effectif s’est stabilisé depuis deux ans, nous allons réduire le nombre de génisses élevées de 45 à 30 par an. Avec un âge au premier vêlage de 29-30 mois, cela représente une diminution de l’ordre de 15 à 20 UGB. Couplé à la diminution du nombre de bovins engraissés (abandon des bœufs…), nous allons gagner de la place dans les bâtiments et en autonomie alimentaire. C’est important dans un contexte de sécheresses à répétition. Pour réduire le taux de renouvellement et améliorer le tri, nous allons génotyper toutes nos génisses pour ne garder que les meilleures. Certaines seront inséminées avec de la semence sexée. Avant nous génotypions que les bonnes souches. Les moins bonnes génisses seront croisées avec du Limousin.

Pierre Mézières, en Gaec dans l’Orne

Non

 

 

 

Passionné de génétique avec mes 60 vaches normandes, mais aussi sensible aux marges économiques, je sélectionne mon troupeau plutôt par une élimination par le bas des vaches à défauts plutôt que par l’investissement dans du top génétique. Soucieux aussi du besoin collectif en femelles de race Normande suite à l’élargissement de la production en AOP camembert de Normandie, je fais très peu de croisement viande seulement sur des vaches qui tardent à féconder et j’élève 30 veaux femelles normandes par an. Le génotypage de tout le lot me permettra par la suite de mieux les trier. Par sécurité, j’attends qu’elles aient 15 mois pour envisager les futures ventes et y voir plus clair dans la production de l’année à venir. Je peux ainsi vendre des génisses à inséminer, des génisses amouillantes ou des vaches en lait selon la demande. Cela ne me gêne pas d’avoir un taux de renouvellement fort (jusqu’à 40 %). Le niveau génétique monte d’autant plus vite avec des animaux plus plaisants et améliorés en mamelle et aplombs et je trouve preneur pour mes animaux adultes.

Mikaël Gonin, en Gaec dans le Rhône

Oui

 

 

 

En 2012 nous avons arrêté l’élevage de chèvres pour nous recentrer sur les vaches laitières. Notre référence est passée de 300 000 litres à 800 000 litres de lait en 2017. Pour produire plus de lait, nous avons élevé plus de génisses et utilisé de la semence sexée sur une quinzaine de femelles par an. Puis nous avons continué sur notre lancé. Nous nous sommes retrouvés avec trop de génisses (une quarantaine par an pour un troupeau de 110 Montbéliardes) et un taux de renouvellement élevé (35 %). Nos femelles ayant un petit gabarit adapté à notre système pâturant, elles sont difficiles à valoriser à l’export. Dans le même temps, les sécheresses à répétition nous posaient des problèmes de stocks fourragers. Avec l’aide de notre conseiller du contrôle laitier, nous avons amélioré la productivité du troupeau. Nous avons augmenté la production par vache (de 7 800 à 8 500 kilos) et baissé le taux de renouvellement de 35 % à 25 % avec un objectif de descendre à 20 %. Nous avons également baissé l’âge au premier vêlage de 35 mois à 32 mois. Cette année nous allons élever 28 génisses et nous espérons descendre à 20.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière