Aller au contenu principal

"Enrayer la baisse de collecte grâce à la valeur ajoutée"

La coopérative Terra Lacta cherche sa place à l'export et sur les bonnes tables françaises. Entretien avec Jean-Yves Restoux, son nouveau président depuis le 29 juin dernier.

La collecte baisse. Est-ce une problématique forte ?

Jean-Yves Restoux, président - "En lait de vache, jusqu'en 2015, le nombre d'exploitations baissait mais les volumes étaient redistribués et la collecte se maintenait. Puis, la collecte est passée de 730 millions de litres en 2015 à 659 millions en 2017 : -10% en trois ans. Enrayer la baisse est un enjeu fort pour rentabiliser nos capacités de production (les usines et les équipes) et pour être en capacité d'aller chercher de nouveaux marchés. Un groupe de travail étudie les moyens de pallier à la baisse du nombre d'exploitations et du volume. Déjà, nous avons un dispositif d'aides aux jeunes installés et d'animation de la vie coopérative (site internet, réunions, offres d'agrofournitures). Enfin, par l'amélioration des résultats de la coopérative et le retour vers les adhérents, nous créerons une dynamique favorable."

Le résultat net 2017 est de 1,09 million d'euros. Quel est l'objectif à moyen terme ?

J.-Y. R. - "Ce résultat est effectivement faible, à 0,23% du chiffre d'affaires, mais il a permis de verser 400 000 euros d'intérêts aux parts sociales. Avant ce résultat, Il faut souligner que Terra Lacta a payé le lait de vache conventionnel 338,55 euros/1000 litres en moyenne, comme son environnement concurrentiel. La coopérative a aussi versé 3 millions d'euros de compléments de prix : prime jeune installé, aide au financement d'animaux, garantie bancaire, prime à la conversion bio...

Terra Lacta s'est fixé un objectif ambitieux de résultat de plus de 10 millions d'euros à horizon 2025, avec son plan de développement stratégique "Terater 2025"."

Comment dégager plus de valeur ajoutée ?

J.-Y. R. - "La principale activité de transformation de Terra Lacta est le lait de consommation UHT, un marché en régression en France et en Europe. Il y a deux façons de chercher plus de valeur avec des volumes significatifs : avec le bio et le grand export. Nous renforçons notre développement en bio (lire Réussir lait n°325 de juin 2018, p18). A l'export, notre contrat avec la société chinoise Synutra a porté sur 30 millions de litres de lait UHT en 2017. C'est un contrat souple, sans durée ni volume strictement défini ; nous nous adaptons à leur demande. Sur 2018, pour l'instant, nous travaillons peu pour eux. Fin mai, un partenariat avec la société chinoise Yantang permettra de sortir dans un premier temps des briques de lait de montagne, à partir de septembre. La volonté est de développer ensemble de nouveaux produits adaptés à la demande chinoise (crème, fromages...).

A la Laiterie les Fayes, nous cherchons de la valeur avec des innovations produits : fromage blanc en poche version snaking, packagings évènementiels... Notre investissement est tourné vers le local (magasin d'usine et atelier culinaire "La Vie Chantilly"), le e-commerce avec onadunez.fr démarré en janvier 2018, et l'export de produits haut de gamme vers l'Asie démarré il y a deux ans. C'est un travail sur le long terme, car il faut instaurer la confiance."  

Savencia vous demande-t-elle du lait "non OGM", à faible empreinte carbone... ?

J.-Y. R. - "Avec Savencia, nous poursuivons notre engagement dans leur démarche Production laitière durable (réduction de l'empreinte environnementale). Aujourd'hui, 10% des éleveurs ont engagé un plan d'actions dans le cadre de ce programme. L'idée est d'emmener le plus d'éleveurs possible. Nous avons une faible densité de collecte, avec des coûts de collecte qui font le double de ceux de la Bretagne ou le triple de ceux des Pays-Bas. Donc nous étudions la nécessité avant de mettre en place des collectes séparées.

Savencia nous demande du lait bio. Notre plan de conversion et d'accompagnement bio vise 11 millions de litres de lait de vache bio collectés en 2020, pour nos filiales à 100% (lait et crème) et celles codétenues avec Savencia (fromages)."

Chiffres clés

659 millions de litres de lait de vache collectés et 103 millions en chèvre sur 18 départements de la Loire-Atlantique au Tarn et l'Auvergne
1661 exploitations laitières soit 4000 éleveurs
478 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 60% liés au contrat de vente de lait à Savencia, 28% de SLVA-LMA, filiales de lait UHT 100% Terra Lacta, et 5% de la Laiterie les Fayes, filiale de produits frais et ultrafrais 100% Terre Lacta.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière