Aller au contenu principal

En Normandie, Danone revalorise le prix du lait

Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé le prix du dernier trimestre. Cela reste insuffisant pour les éleveurs.

Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
© Danone

Pour la Haute-Normandie et l’Oise, l’OP Caplait a trouvé un accord avec Danone pour un prix de base à 437 €/1 000 l sur le quatrième trimestre 2022, soit 25 € de plus que ce que donnait la formule contractuelle. « Ce qui devrait donner un prix de base 38-32 moyen annuel proche de 400 euros pour 1 000 litres. Avec des primes qui atteignent en moyenne 40 euros, cela ferait un prix payé toutes primes de l’ordre de 440 euros en moyenne sur l’année », détaille Hubert Dion, président de l’OP Caplait (360 exploitations, 200 millions de litres de lait).

C’est moins que ce que demandait l’OP, 450 euros pour le quatrième trimestre. Cet accord a été obtenu après des manifestations à l’appel de la FDSEA et des JA. « Cette pression a aidé pour que Danone aille jusqu’à 25 euros de plus. Avant leur action, nous avions obtenu 16 euros de plus », reconnaît Hubert Dion. L’OP Caplait avait déjà obtenu un effort de Danone pour appliquer la nouvelle formule de prix contractuelle à compter de juin 2022 au lieu de janvier 2023, dans l’optique de revaloriser le prix du lait. Mais cela restait insuffisant par rapport aux niveaux de charges et à l’évolution des prix de l’environnement.

Formule de prix à réviser en Basse-Normandie

En Basse-Normandie, sans manifestation, les négociations ont abouti à une revalorisation du prix du lait de base du quatrième trimestre, « à 430 euros pour 1 000 litres, prime froid comprise, loin de ce que nous demandions », indique Anne-Sophie Ancel, présidente de l’OP des 3 vallées (83 exploitations, 49 millions de litres). En moyenne sur l’année 2022, cela donne un prix de base d’environ 390 €/1 000 l.

« Danone respecte le contrat, l’entreprise nous a rencontrés trois fois cette année pour ajuster le prix. Mais cela ne suffit pas, la formule reste peu réactive, et les trésoreries sont creusées. Nous demandons à remettre la formule de prix à plat, car elle n’est pas adaptée au contexte actuel de prix fluctuants. Danone est prête à négocier », développe Anne-Sophie Ancel. Mais la faible valeur des PVI (prix de vente départ usine) de Danone, spécialisée dans l’ultrafrais, fait craindre des marges réduites pour revaloriser significativement le prix.

Dans le même temps, le groupe Danone propose des volumes de lait supplémentaires à produire en Normandie. Mais pour inciter les éleveurs à produire ce lait, encore faudra t-il le payer davantage.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière