Aller au contenu principal

En Montbéliarde : Eva Jura annonce un bon bilan pour 2019

L’organisme de sélection jurassien a maintenu son activité l’année dernière, mais a accusé un déficit de 400 000 euros. Explications.

Nicolas Perrodin, président d'Eva Jura : « Nous avons augmenté le prix du génotypage de 4 euros pour le proposer au prix coûtant de 30 euros par génotypage. »
© F. Mechekour

« 2019 a été une année plutôt bonne. Nous avons maintenu notre activité au contrôle laitier, en insémination et à l’export », explique Nicolas Perrodin, le président d’Eva Jura. Pour rappel, la coopérative est née de la fusion entre Jura Bétail et Jura Conseil Elevage en décembre 2017. Elle a reçu l’agrément d’organisme de sélection en juillet 2019.

Ainsi le nombre de femelles inséminées s’est maintenu à près de 52 000. Quelques 44 450 inséminations premières ont été réalisées avec des taureaux de race Montbéliarde et 11 % en croisement industriel.

Côté sélection, 1236 veaux mâles ont été génotypés et 83 veaux mâles ont été achetés et sont rentrés à la station de Crançot. 41 taurillons (gammes JB junior, JB Espoir et JB Sexé) ont été mis en service. Par ailleurs, 8732 femelles ont été génotypées en grande partie pour et à la demande des éleveurs.

A l’international, Eva Jura a commercialisé 219 000 doses de semences dans 27 pays et 1267 animaux dans sept pays.

Une hausse de prix de 4 euros par génotypage

Avec 754 adhérents au contrôle de performance au 30 juin 2019, ce service rassemble 90 % des élevages jurassiens. Cela représente 45 000 vaches, soit près de 60 vaches en moyenne par élevage.

Malgré le maintien de son activité, Eva Jura a accusé un déficit de 400 000 euros. « Ce déficit résulte d’une augmentation de tarif très faible depuis dix ans », précise Nicolas Perrodin. La coopérative a par conséquent décidé d’en augmenter certains jusqu’à 5 %. C’est notamment le cas du contrôle laitier. « Nous avons également augmenté le prix du génotypage de 4 euros pour le proposer au prix coûtant de 30 euros par génotypage. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Les trois associés du Gaec de l'Uvry, Pierre et Benoît Vallance, Jean-Pierre Barbier, et Mickaël leur apprenti (à gauche). « Nous privilégions des fourrages avec des récoltes au printemps pour sécuriser les stocks. »
« Nous recherchons l’autonomie… mais à l’échelle locale »
Au Gaec de l’Uvry, en Meurthe-et-Moselle, la recherche d’autonomie est un objectif en soi. Mais plutôt que de miser sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière