Aller au contenu principal

En Irlande, la pression monte sur la dérogation nitrates

Si le pays obtient le renouvellement de sa dérogation à la directive européenne Nitrates, elle sera assortie de nouvelles conditions.

La teneur en protéines brutes dans les concentrés ne doit pas excéder 15 % pour les vaches au pâturage entre le 15 avril et le 30 septembre.
La teneur en protéines brutes dans les concentrés ne doit pas excéder 15 % pour les vaches au pâturage entre le 15 avril et le 30 septembre.
© F. Mechekour

La dégradation de la qualité de l’eau en Irlande a pesé sur la reconduction de la dérogation qui permet aux éleveurs laitiers de bénéficier d’une pression en azote organique de 250 kilos par hectare, contre 170 kg/ha fixé comme base par la directive Nitrates. Finalement, cette dérogation a été reconduite en avril dernier par la Commission européenne, jusqu’à fin 2025. Mais avec des conditions.

« Un état des lieux concernant l’évolution de la qualité de l’eau est programmé en 2023. En fonction des résultats, le plafond de 250 kg pourra être réduit à 220 kg d’azote organique par hectare à partir de 2024 selon les territoires », expose Sylvain Foray, de l’Institut de l’élevage.

En parallèle, le cinquième programme d’action nitrates irlandais, qui s’applique sur tout le territoire irlandais, a été mis en place avec une évolution de certaines mesures à respecter. Parmi les nouveautés, « les périodes pendant lesquelles l’épandage est interdit ont été élargies. Les références de rejets des vaches laitières ont été révisées. La fertilisation minérale azotée doit être réduite de 10 %. La teneur en protéines brutes dans les concentrés ne doit pas excéder 15 % pour les vaches au pâturage entre le 15 avril et le 30 septembre afin d’éviter des niveaux d’excrétion azotée trop importants, etc. », énumère Sylvain Foray.

Comme les années précédentes, les éleveurs souhaitant bénéficier de la dérogation doivent en faire la demande à l’administration tous les ans. Ils devront respecter des mesures supplémentaires par rapport au programme d’action. Pour rappel, les mesures qui s’appliquent aux éleveurs ayant la dérogation sont les suivantes : avoir 80 % d’herbe dans la SAU ; mettre en place un programme de chaulage et un suivi des sols ; utiliser un matériel d’épandage peu émissif pour intégrer le volet émission d’ammoniac ; introduire des légumineuses, notamment du trèfle, dans les prairies ; maintenir et gérer des haies et réduire la teneur en MAT des concentrés pendant la période de pâturage.

Retrouvez le témoignage d’un éleveur irlandais : « J’ai doublé ma production laitière en dix ans »

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière