Aller au contenu principal

Embauchez-vous ponctuellement un salarié pour vous remplacer ?

S’absenter de temps à autre le week-end ou pendant les vacances nécessite de s’organiser. Vous faites-vous remplacer par un salarié ? Ou préférez-vous procéder autrement ?

© E. Bignon- Archives
 

David Morvan, éleveur dans le Finistère

OUI

 

 
© D. Morvan
Je suis installé en individuel sur une ferme de 50 vaches et je fais appel au service de remplacement pour m’accorder dix jours de vacances l’été, deux week-ends de temps à autre, plus une dizaine de jours répartis sur l’année. J’en profite notamment pour participer à des journées de formation. Le service de remplacement, pour moi, c’est la facilité. Je ne veux pas me prendre la tête à faire des contrats. En plus, quatorze jours par an bénéficient d’un crédit d’impôt à hauteur de 50 % des dépenses de remplacement supportées. Depuis que je me suis installé en 2009, je valorise systématiquement ces quatorze jours annuels ! Heureusement que j’ai cette solution pour me permettre de souffler un peu !

 

Florent Cellier, éleveur dans le Rhône

OUI

 

 
© E. Bignon
Nous sommes en Gaec à trois associés et nous embauchons régulièrement un jeune du village ou d’anciens stagiaires pour remplacer l’un de nous pendant les vacances scolaires. Nous les employons dans le cadre d’un Tesa simplifié. Ce dispositif est souvent utilisé pour les contrats agricoles saisonniers lors des vendanges par exemple. Il permet d’accomplir les déclarations sociales de manière simplifiée. Sur le site de la MSA, il faut faire une déclaration préalable d’embauche (DPAE) et déclarer le nombre d’heures mensuelles (0 €/mois s’ils ne sont pas venus). Fiscalement, c’est un bon moyen de créer des charges tout en s’allégeant le travail. Le Tesa ouvre droit à un crédit d’impôt plafonné à 1 500 € par associé, soit 136 heures de remplacement chacun (payées au Smic). Après crédit d’impôt (50 %) et déduction des cotisations sociales, le coût horaire revient environ à 3 € par associé. Faire appel au service de remplacement nous coûterait plus cher.

 

Thomas Duboeuf, éleveur dans le Rhône

NON

 

 
© T. Duboeuf
Je m’organise avec mon voisin pour me libérer un peu de l’astreinte un week-end sur deux. Nous avons le même nombre de vaches (35) et nos fermes sont à 200 mètres l’une de l’autre. Nous nous entraidons très régulièrement et nous nous remplaçons à tour de rôle le samedi soir et le dimanche soir (parfois aussi le week-end entier). Le temps de traite est quasi équivalent sur chaque ferme. Quand on trait des deux côtés, il faut compter 2h à 2h30 en tout. Nous simplifions au maximum, les bêtes sont affouragées le matin, il n’y a qu’à repousser le soir. Nous nous remplaçons mutuellement également au moins une semaine par an pour prendre des vacances, en privilégiant les périodes calmes, sans travaux des champs.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
Même avec suffisamment de place en bâtiment, Cyril Guilloteau privilégie le pâturage hivernal pour ses génisses de 2 ans.
« Les génisses élevées tout l’hiver dehors sont les plus belles que j’ai eues ! »

« Depuis quatre ans, nous avons toujours un lot d’une douzaine de génisses de 2 ans qui…

Chaque exploitation agricole (sauf bio et HVE niveau 3) devra pouvoir justifier de deux conseils stratégiques phytosanitaires par intervalle de cinq ans.
Ce qu’il faut savoir sur la nouvelle réglementation phyto
Le conseil stratégique phytosanitaire est une nouveauté obligatoire introduite dans la foulée de la séparation de la vente et du…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Audrey Thonnat et Olympe. « Si une vache accepte que je la touche, quelle que soit la partie du corps, c’est que la confiance est établie. »
« Des vaches dociles, ça change la vie »
Installée en Haute-Loire, Audrey Thonnat a instauré une relation homme-animal qui lui facilite le travail au quotidien. C’est en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière