Aller au contenu principal
Font Size

Eleveurs touchés par le Covid-19 : « Heureusement, nous avons de l’aide de notre famille »

Touché par le coronavirus, le Gaec de la Mer, à Manvieux dans le Calvados, s’en sort grâce à l’appui de la famille.

« On n’a pas le choix, il faut faire avec », raconte le 1à avril dernier Laurent Ecolasse, 28 ans, l’un des deux associés du Gaec de la Mer.  Un Gaec créé le 1er janvier dernier regroupant l’exploitation laitière des parents de Laurent, à qui il vient de succéder, et une exploitation voisine avec des cultures et vaches allaitantes. Laurent est tombé malade il y a une semaine, quelques jours après leur apprentie. Des courbatures, une grosse fatigue pour Laurent mais pas de fièvre contrairement à leur apprentie arrêtée pour 14 jours. « Je continue à travailler, au ralenti ;  je participe à la mise en route le matin, après je m’arrête, je ne peux pas faire de gros efforts», raconte-t-il. « Heureusement, nous avons de l’aide ». Les parents de Laurent donnent un coup de main, ainsi qu’une des filles de son associé, confinée chez ses parents, qui a pris en charge la cinquantaine de veaux. L’exploitation emploie aussi un salarié (en CDD). Depuis une semaine, tout le monde porte un masque.

« Je continue à travailler au ralenti »

La crise du coronavirus ne pouvait pas tomber au plus mauvais moment : le Gaec est en plein changement de  système de production. De 55 normandes et Prim’holstein à 6500-7000 litres, il est en train de mettre en place un système bio extensif avec 110 vaches en monotraite et vêlages au printemps. L’objectif à terme est de produire 350 000 litres  pour une surface de 180 ha dont 110 ha de SFP. « Nous avons 70 génisses croisées (trois voies) à mettre en route en mars-avril. En ce moment on en trait 80, il reste encore une trentaine de vêlages d’ici le 10 mai. » Pour corser le tout, le chantier d’agrandissement de la salle de traite (de 8 à 20 postes) a été bloqué par l’entreprise maçonnerie, à l'arrêt depuis le début du confinement. « A trois jours près, la dalle aurait pu être coulée et la salle de traite prête dans les délais car les monteurs de matériel de traite travaillent. C’est un mal pour un bien car il aurait été compliqué d’assurer le chantier avec deux malades», ajoute Laurent avec philosophie. Actuellement, la traite prend tout de même 3h30 – 4 heures avec deux trayeurs.

Avec le retour du soleil, les associés ont pu se mettre à jour dans les champs. Mais « on ne peut pas passer la herse étrille, le sol est trop sec en surface et tassé par l’eau en profondeur. Nous allons avoir aussi 30-35 ha de maïs à semer ». Malgré les difficultés actuelles, Laurent reste confiant dans l’avenir, convaincu d’avoir fait le bon choix de système.

 

Lire aussi nos autres témoignages "Nous travaillons chacun de notre côté"

"Nous ne fabriquons plus de tommes depuis mi-mars"

"Le plus inquiétant, c'est que l'on ne sait pas combien de temps cela va durer"

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière