Aller au contenu principal

Gestion de l´exploitation
Économiser sur les charges de mécanisation en optimisant le parcellaire

Une étude de la FDCuma d´Ille-et-Vilaine coordonnée par la FNCuma fait le lien entre l´organisation du parcellaire et les coûts de mécanisation. La taille et la distance des parcelles ont un impact certain, mais avec un effet de seuil.


Quel est l´effet de la taille des parcelles et de leur éloignement par rapport au siège d´exploitation sur le temps de travail et les charges de mécanisation ? Cette interrogation a fait l´objet d´une étude sur plusieurs années coordonnée par la FNCuma, présentée par Vincent Laizé de la FDCuma d´Ille-et-Vilaine lors d´un colloque sur les charges de mécanisation en janvier dernier.
Cette étude montre que la taille des parcelles a une influence sur le temps de travail, ce que l´on sait déjà. Mais elle montre aussi qu´au-delà de quatre hectares, les gains de temps obtenus en augmentant la taille des parcelles sont limités.
En ce qui concerne la forme des parcelles, les auteurs de l´étude constatent qu´entre une parcelle régulière et une parcelle très irrégulière, où il y a beaucoup de manoeuvres à faire, le temps de chantier peut être de 30 % supérieur. En adaptant le parcellaire, au niveau de la taille et de la forme, on peut espérer au minimum un gain de 60 euros par hectare.

Les auteurs conseillent de privilégier l´implantation des cultures annuelles sur les parcelles les mieux configurées et de laisser en herbe ou en jachère les pointes difficiles à travailler.
La dispersion des parcelles entraîne également un surcoût avec un effet plus pénalisant que la forme et la taille des parcelles. « En caricaturant, explique Vincent Laizé, on voit bien qu´entre une seule parcelle de dix hectares et dix parcelles d´un hectare, le temps de travail par hectare augmente puisque l´on perd du temps en manoeuvres, en déplacement d´une parcelle à l´autre et aussi en temps de mise en oeuvre du matériel au début et à la fin de chaque parcelle ».
Le regroupement de parcelles permet de gagner du temps, mais avec un effet de seuil, comme pour la taille. Au-delà de dix hectares, il n´y a plus de gain de temps.
L´éloignement des parcelles occasionne un surcoût qui varie selon les cultures. Le maïs ensilage est le cas le plus extrême du fait du volume important à transporter. Dans ce cas, une grande partie du temps de déplacement est consacrée au transport de la récolte.
Dans le cas du maïs ensilage sur une parcelle éloignée, le transport de la récolte prend une place importante dans le coût de mécanisation. ©P. Forget

Simplifier le travail du sol ou déléguer
L´étude montre qu´une parcelle éloignée équivaut en moyenne à 100 euros par hectare de charges de mécanisation supplémentaires. Il convient donc de raisonner la reprise de terrain situé à plusieurs kilomètres. « Avec le niveau de prix actuel des céréales, il faut se poser la question de faire des cultures sur des parcelles éloignées en multipliant les allers-retours pour faire des traitements », remarque Vincent Laizé. Pour ces parcelles, mieux vaut viser la simplification du travail du sol, voire déléguer certains travaux, notamment les épandages. Des solutions comme l´assolement en commun ou l´échange de terrain sont aussi à étudier.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière