Aller au contenu principal

Économie d’énergie : une double économie avec le tank Opticool

Doté d’un groupe frigorifique breveté, Opticool permet de réduire significativement les consommations électriques pour le refroidissement du lait et le chauffage de l’eau.

tank opticool
Une quinzaine d’exploitations laitières sont équipées en France, essentiellement en Bretagne et Pays de la Loire où l’équipement est éligible aux subventions.
© Serap

Fruit du projet de recherche collaboratif Tank 2020, le groupe frigorifique Opticool, commercialisé par Serap depuis 2021, minimise la consommation électrique en jouant à la fois sur le volet refroidissement du lait et la récupération de chaleur pour le chauffage de l’eau. La promesse de Serap est de réduire la consommation électrique pour le refroidissement du lait de 40 % par rapport à un modèle de tank standard équivalent(1), et jusqu’à 70 % avec l’ajout d’un prérefroidisseur. Et, dans le même temps, de générer une économie de 50 % sur le chauffage de l’eau grâce à la récupération de chaleur intégrée. « En conditions favorables, l’enjeu est de parvenir à une consommation nette proche de zéro en restituant sous forme d’eau chaude la quantité d’énergie consommée pour le refroidissement », résume Patrick Person, de Serap.

Pour une exploitation produisant 650 000 litres de lait, le surcoût d’investissement par rapport à un tank neuf équivalent s’élève à 14 000 euros. « En prenant comme référence un tank standard neuf bien ventilé, l’économie générée annuellement par Opticool s’élève à 1 653 euros(2), soit un retour sur investissement de huit ans et demi, sans dispositif d’aides », calcule-t-il. Ce délai se réduit à moins de cinq ans pour une exploitation produisant 1 500 000 litres, avec un surcoût d’investissement de 17 000 euros.

Plus le tank est grand, plus le retour sur investissement est rapide

Autant adapté en traite robotisée qu’en traite conventionnelle, Opticool est compatible avec toutes les cuves existantes. Un producteur peut installer le groupe frigorifique Opticool tout en gardant sa cuve. « En dehors du prix, l’un des principaux freins à son déploiement tient au fait que seulement 20 % des tanks à lait appartiennent aux éleveurs. Mais les laiteries s’y intéressent aussi : deux ont à ce jour acheté le matériel pour réaliser leurs propres évaluations. »

(1) Plutôt 30 % par rapport aux modèles récents avec compresseur dernière génération.
(2) Avec un coût de l’électricité de 0,20 €/kWh.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière