Aller au contenu principal

Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible

Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire une prairie sans labour ni glyphosate.

La destruction d’une prairie se fait aujourd’hui majoritairement par labour et, dans moins d’un tiers des cas, avec du glyphosate. « Mais le glyphosate, déjà très réglementé, pourrait à terme être interdit, rappelle Elodie Roget, d’Arvalis. De plus, il y a une demande sociétale de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Le labour n’est pas non plus une panacée, car il accentue le risque d’érosion et n’est pas adapté aux sols superficiels, argileux ou très caillouteux.» Arvalis-Institut du végétal, avec l’Institut de l’élevage, la ferme expérimentale La Blanche maison (50) et l’AFPF ont donc engagé le projet Praigly, dont l’objectif est d’évaluer des méthodes alternatives de destruction de prairie.

Dix éleveurs de bovins, dont sept en bio, ayant une expérience de destruction de prairies sans glyphosate ni labour, ont notamment été enquêtés et ont fait ressortir différents leviers. Plusieurs passages d’outils travaillant à moins de 10 cm de profondeur et qui scalpent les plantes ou extirpent les racines permettent de détruire une prairie.

Les outils à dents et/ou à disques

Certains outils utilisés en déchaumage peuvent servir à détruire une prairie. Les outils à disques, avec deux rangées de disques montés en V ou en X, mélangent la terre et les débris végétaux sur au moins 10 cm. Les plantes déracinées sont ramenées en surface et sèchent au soleil. Les outils à dents, ou cultivateurs, peuvent aussi être utilisés. Selon la forme des dents, ils scalpent les parties aériennes et racinaires ou arrachent les plantes. Le travail doit se faire à moins de 5 cm de profondeur. Le mieux est que les dents soient équipées de socs « patte d’oie » permettant de travailler le sol sur toute la largeur à la bonne profondeur, juste sous le plateau de tallage. L’horizon de sol travaillé est émietté et les végétaux légèrement enfouis. Des scalpeurs de précision spécifiques peuvent aussi être utilisés. Ils conservent une bonne structure de sol et une couverture végétale limitant l’érosion, mais sont difficiles à utiliser en sol caillouteux. Certains outils équipés de dents et de disques font le travail des deux outils en un seul passage. Plus lourds qu’un outil à dents ou à disques seuls, ils nécessitent néanmoins plus de puissance.

Les outils auto-animés ou les fraises rotatives

Les outils auto-animés, constitués de deux rotors horizontaux perpendiculaires à l’avancement et munis de lames, travaillent à 5 cm. Le premier rotor tourne à la vitesse d’avancement du tracteur et entraîne le second rotor trois fois plus vite par un jeu de pignons. Ce type d’outil, qui déchire et déracine les végétaux, nécessite une vitesse de travail de 10 à 15 km/h. Les outils animés avec un axe horizontal rotatif, ou fraises rotatives, sont animés par la prise de force du tracteur. L’axe horizontal est muni de lames ou de dents de formes variables. Les lames coudées à angle droit ou incurvées (rotavator) permettent de scalper le couvert mais peuvent lisser le fond de travail si le sol n’est pas assez ressuyé. Leur débit de chantier est faible (vitesse 4-5 km/h), avec une consommation élevée de fuel.

Contrôler la profondeur de travail

Le choix d’une technique et son efficacité dépendent du type de sol, de l’état du couvert, du temps disponible avant l’implantation de la culture suivante, de la période de destruction et du nombre de passages possible. La précision du travail, en particulier le contrôle de la profondeur, est essentielle. Les agriculteurs insistent notamment sur le fait que le scalpage doit se faire sous le plateau de tallage, en laissant le minimum de terre sur la plante. Il détruit la plupart des plantes hormis les vivaces (rumex, chardon, pissenlit…). Les outils doivent donc être équipés d’un moyen de contrôle de la profondeur de travail, tel qu’une roue de jauge ou un rouleau.

Plusieurs passages sont nécessaires

En moyenne, plus de cinq passages d’outils, semis inclus, sont nécessaires pour venir à bout des repousses. Le besoin en traction est par contre plus faible qu’en labour et le dessèchement de la prairie plus rapide. Quatre agriculteurs croisent les passages d’un même outil. En plus de l’outil principal utilisé, d’autres matériels peuvent compléter le travail pour faire un faux-semis, brasser la terre et les débris végétaux, décompacter le sol sous les zones de scalpage et préparer le lit de semence. Les outils à disques et le rotavator ayant tendance à créer une semelle sous l’horizon travaillé, les éleveurs fissurent souvent celle-ci avec un outil à dents.

La météo est déterminante

La météo est déterminante pour l’efficacité des outils. Idéalement, plusieurs jours de soleil après le travail du sol sont nécessaires pour assécher les végétaux. En fin d’automne ou au printemps, du fait de conditions humides, le déracinement des plantes peut avoir une efficacité limitée, notamment sur les graminées qui ont la capacité à repiquer après avoir été déracinées. Attention : des conditions séchantes assèchent aussi le lit de semence de la culture suivante. Une destruction précoce est également importante pour avoir le temps de passer plusieurs fois les outils dans de bonnes conditions. Cela favorise aussi la dégradation des résidus, ce qui facilite l’implantation de la culture suivante.

D'après Perspectives Agricoles, avril 2021.

Mise en garde

Ces interventions mécaniques montrent certaines limites sur des espèces ayant des organes de conservation (rhizomes) ou de multiplication végétative (stolons). L’agrostis stolonifère et le chiendent rampant sont notamment assez réfractaires à ces méthodes de destruction.

Avis d'éleveur : Julien Guéneau, du Gaec Les Jonquilles (120 VL en bio, Vendée)

« Un méteil en dérobé et deux passages de fraise »

 

 
Julien Guéneau, du Gaec Les Jonquilles. © Gaec Les Jonquilles
« À l’automne, nous semons du méteil en direct dans la prairie avec un semoir équipé à l’avant de disques qui tranchent la prairie, et à l’arrière de dents semeuses. Le méteil est composé de féverole, vesce, avoine, triticale, pois, trèfle. Au printemps, l’ensemble prairie et méteil est ensilé. Puis nous scalpons le couvert avec une fraise, entre 1 et 3 cm, exactement au collet. Si on laisse des feuilles avec les racines, la plante peut repartir. La fraise est un ancien rotavator que nous avons adapté en changeant les pignons pour que la fraise tourne plus vite, à 380 tr/min, et en la mettant sur quatre roues pour un suivi régulier du terrain. Les lames sont des socs patte d’oie qui permettent de scalper sur toute la largeur. Éventuellement, nous faisons un deuxième passage. Le méteil, en plus d’un apport complémentaire de fourrage, assure une première préparation de sol avant le semis du maïs à suivre. »

 

Des expérimentations en cours

Des essais comparant différentes techniques de destruction des prairies sont menés dans le cadre du projet Praigly sur trois ans jusqu'en 2022. Les stations Arvalis de Bignan (56) et La Jaillère (44) testent la destruction d’une prairie temporaire avant maïs (destruction précoce, destruction tardive pour pourvoir récolter l’herbe, implantation à l’automne d’un méteil dans la prairie avant sa destruction). La station Arvalis de St-Hilaire-en-Woëvre (55) et la station La Blanche Maison (50) étudient différentes modalités de rénovation d’une prairie permanente (semis de colza en dérobée au printemps, semis sous couvert de méteil à l’automne, travail superficiel, destruction électrique). En 2021, deux autres essais compareront l’efficacité de différents outils de travail superficiel du sol pour la destruction de la prairie.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière