Aller au contenu principal

Nitrates : Des projets de zones vulnérables contestés

De nouvelles zones vulnérables sont en projet, sur des critères contestables. Des FDSEA et la FNSEA se mobilisent pour arriver à des décisions plus justes.

Manifestation FDSEA Aveyron décembre 2020
Les agriculteurs aveyronnais ont manifesté en décembre 2020 contre un classement qui concernerait 2500 exploitations sur des critères discutables.
© FDSEA de l'Aveyron

En décembre dernier, la FDSEA de l'Aveyron a manifesté contre le projet de zone vulnérable présenté par la Dreal(1) Occitanie. L'élevage est particulièrement concerné. « Le projet vise à classer trente nouvelles communes, en retirer dix, soit un agrandissement de 129 000 hectares, concernant 2 500 exploitations d'élevage. La moitié du département serait alors en zone vulnérable », résume Laurent Saint Affre, président de la FDSEA de l'Aveyron.

Ce projet s'appuie sur les taux de nitrates mesurés sur 34 points de prélèvements en Aveyron, avec 7 à 12 prélèvements réalisés par point sur un an. « Le problème est que la méthode européenne ne repose pas sur la moyenne des analyses, qui chez nous est bien en-dessous du seuil réglementaire de 18 mg/l, et en baisse par rapport à la campagne précédente, rappelle Laurent Saint Affre. Dans notre cas, seuls deux prélèvements, sur décembre et février, dépassent légèrement le seuil autorisé, et classent tout un bassin versant en zone vulnérable. Les mois d’hiver, il n’y a pas d’épandage ; la chambre d’agriculture suspecte un phénomène dû à la dégradation des feuilles mortes dans les forêts. » La FDSEA pointe aussi des prélèvements faits hors département, à côté d’une station d’épuration« Les services de l'État ont approuvé nos remarques. » Pour l'heure, la FDSEA poursuit la concertation avec la Dreal, et consolide ses arguments, preuves techniques à l'appui.

Des prélèvements hors zone agricole

Le cas de l'Aveyron n'est pas isolé. Sur d'autres bassins, des aberrations du même ordre sont relevées. « Il n'y a parfois qu'une ou deux analyses par point de prélèvement et par an. Certains points de prélèvement ne sont pas en zone agricole, parfois en aval de stations d'épuration », expose Thierry Coué, de la FNSEA. Sur le bassin Loire Bretagne, alors que les résultats de qualité de l'eau auraient pu faire sortir des communes du zonage, la Dreal ne propose pas de sortie. Sur d'autres bassins, des communes sont ajoutées sur le critère de continuité territoriale. « Nous refusons que des élevages soient soumis aux contraintes fortes des programmes d'action sur ces critères contestables. »

(1) Direction régionale de l'environnement.

Le calendrier repoussé ?

Normalement, les propositions de zone vulnérable doivent être prêtes pour fin 2021, pour une validation début 2022 ; avec les programmes d'actions, qui eux aussi font l'objet de contestations. La FNSEA demande le report du calendrier pour poursuivre la concertation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière