Aller au contenu principal

Des fermes pilotes en médecine vétérinaire préventive

En Haute-Garonne, dans la cadre du plan Ecoantibio, six exploitations bovines de Haute-Garonne expérimentent des outils de gestion globale sanitaire du troupeau.

Prévenir plutôt que guérir. Tel est l’esprit du projet de fermes pilotes mis en place par le GDS de Haute-Garonne et labellisé Ecoantibio. Six exploitations bovines (3 en lait, 3 en viande) sont suivies pendant trois ans (2017-2019) avec l’idée d’agir sur toutes les causes de troubles sanitaires afin de mieux les prévenir. Un audit sanitaire de l’exploitation (observation des pratiques et des animaux) est réalisé tous les ans par le cabinet 5mVet, spécialiste de la médecine vétérinaire préventive. Il est étayé de nombreuses analyses (fourrages, urine, jus de rumen, bouses, sang, eau...) et de mesures des courants parasites. Après rédaction du rapport, l’éleveur, le consultant, le conseiller d’élevage et le vétérinaire de l’exploitation valident ensemble une feuille de route pour l’année à venir en choisissant des mesures correctives prioritaires et réalisables. « Les audits sanitaires ont révélé des problématiques dans tous les élevages, autour du sol, de l’eau, de la ration et du suivi des animaux, notamment autour du vêlage », résument les animateurs du projet. Les données technico-économiques sont traitées pour évaluer l’incidence des mesures préventives.

Le budget annuel de ce réseau de fermes pilotes est de 10 000 euros par exploitation. Le projet bénéficie de financements de l’État (25 %) et du conseil départemental (15 %), et de moyens humains et techniques mis à disposition par la chambre d’agriculture et le laboratoire vétérinaire départemental. Le reste est autofinancé par le GDS. Ce dernier vient d’être reconnu groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE) sur ce projet, ce qui devrait lui ouvrir de nouveaux financements.

Les résultats seront utilisés à des fins de formation et de communication. Mais, « dans un contexte départemental où l’élevage est en recul et l’avenir des personnes qui accompagnent les éleveurs pose question », explique Christophe Martelet, directeur du GDS, l’idée est aussi « de remobiliser des vétérinaires ruraux, de créer un lien fort avec les conseillers d’élevage et de faire monter en compétence le trio éleveur, conseiller, vétérinaire ». Le pari semble réussi. Des vétérinaires un peu réticents au départ se sont pris au jeu et y voient désormais un outil pour « ne plus discuter avec l’éleveur autour d’un animal malade mais autour de son système ». « L’audit nous a apporté une vision que nous n’avions pas. Le vétérinaire et le conseiller d’élevage se sont beaucoup impliqués dans ce projet. C’est très positif », apprécie Viviane Ramondenc, éleveuse.

« Créer un lien fort entre conseillers et vétérinaires »

Une qualité d'eau défectueuse

" Le premier rapport d’audit a été un peu effrayant, reconnaît Viviane Ramondenc, qui produit 1 million de litres en Gaec. Nous avions l’impression de ne pas avoir énormément de problèmes. Mais, quand on lit le rapport, il y a beaucoup de choses qui ne vont pas. » La surprise est venue entre autres de la qualité bactériologique de l’eau, prélevée dans un puits. Constatant que la qualité de l’eau était défectueuse dans presque toutes les exploitations et que les systèmes de traitement sont coûteux, le GDS a sollicité la société toulousaine Prodose, spécialisée dans le traitement de l’eau, notamment dans le domaine aéronautique, pour concevoir un abreuvoir autoassainissant à base de consommables (filtres...) peu coûteux.

L’audit du Gaec de Rouquette(1) a mis également en évidence de fortes carences minérales sur les animaux, particulièrement en potassium. Elles sont corrigées par une complémentation minérale et par des apports aux cultures afin d’agir à plus long terme. Parmi les autres actions de la feuille de route : l’amélioration de la distribution de la ration, l’utilisation de conservateurs dans les ensilages et le maïs humide, le renforcement de l’immunité des animaux (suivi de la qualité du colostrum, vaccinations contre les diarrhées néonatales, meilleure préparation au vêlage).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière