Aller au contenu principal

Des capteurs miniaturisés pour analyser les fourrages 

Des tests sont menés par Arvalis pour estimer leur précision de prédiction.

La fiabilité du microcapteur est déjà vérifiée pour du grain.  © Arvalis-Institut du végétal
La fiabilité du microcapteur est déjà vérifiée pour du grain.
© Arvalis-Institut du végétal

L’analyse par spectroscopie dans le proche infrarouge (Spir) est couramment utilisée pour l’analyse des fourrages, que ce soit en laboratoire, avec des analyseurs portatifs ou encore avec des capteurs embarqués sur des ensileuses. La miniaturisation des capteurs Spir laisse entrevoir une utilisation à l’échelle de l’élevage. Le tarif des capteurs miniaturisés varie en effet de quelques centaines d’euros à 2 000 euros ; rien à voir avec les 20 000 à 30 000 euros des appareils utilisés en laboratoire (hors calibration).

Des premiers tests sont en cours sur deux types de capteurs (TellSpec et SCiO) à la Digiferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre et à la station de la Jaillière, sur 200 échantillons de maïs fourrages verts. L’objectif, dans un premier temps, est d’estimer leur précision de prédiction de la teneur en matière sèche du maïs. Une équation de calibration est en cours d’élaboration.

Sur la matière sèche du maïs vert

« Si les tests sont concluants, ce type de capteur pourrait permettre à l’éleveur de mesurer à chaque fois et en autant de points qu’il le souhaite le taux de matière sèche », souligne Anthony Ujittewal, ingénieur fourrages Arvalis. Cela permettrait d’être plus précis pour déterminer la date de récolte, percevoir l’hétérogénéité d’une parcelle, estimer le rendement en matière sèche, et ajuster quotidiennement les quantités de matière utile distribuées. Dans un second temps,  Arvalis envisage de s’attaquer à la prédiction d’autres constituants chimiques (MAT, amidon, protéines, sucres…), d’autres fourrages (graminées, légumineuses),  et d’autres formes de conservation (vert, fermenté, foin…).

Une importante quantité de travail sera nécessaire pour bâtir les équations de calibration et valider la capacité de prédiction des capteurs. Il restera ensuite à enrichir en continu les bases de données pour les améliorer et à définir les conditions d’utilisation pour garantir la fiabilité.

Définition

L’analyse Spir est une mesure physique qui se base sur la capacité des composants chimiques à absorber la lumière. On obtient un spectre d’absorption des différentes longueurs d’onde. Ce spectre, à partir du calibrage de l’appareil, permet d’identifier et quantifier les différents composants d’un fourrage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière