Aller au contenu principal

Covid-19 : Les prix des ingrédients laitiers néozélandais ont mieux résisté

En Nouvelle-Zélande, la filière laitière a été moins touchée par la crise du Covid-19 que celle d’autres pays. La crise est arrivée au moment du creux saisonnier de la production.

La production de la Nouvelle-Zélande, comparable à celle de l’Ouest de la France, plafonne depuis 2015 après avoir progressé pendant deux décennies. Elle a été stoppée dans son élan par de nouvelles contraintes environnementales.
© D.R.

Fonterra« En Nouvelle-Zélande, la situation sanitaire a été plutôt mieux maîtrisée. La crise du covid-19 est aussi arrivée au moment du creux saisonnier de la production, a expliqué Mélanie Richard du Cniel lors d’une conférence sur les marchés laitiers mondiaux organisée par l’institut de l’élevage début juillet. Si les cours des ingrédients laitiers néozélandais ont reculé, ils ont mieux résisté que ceux des Etats-Unis et de l’ Europe. » La Nouvelle-Zélande a réussi (et continue à réussir) à maintenir ses envois vers la Chine qui concentre près de 40% de son export en valeur. En revanche, les exportations ont diminué vers les autres destinations principalement asiatiques.

Un prix prévisionnel avec une amplitude inédite pour la nouvelle campagne

Début 2020, sur la fin de campagne 2019/2020, les exportations se sont tout de même ralenties : -8% sur la poudre grasse sur les 5 premiers mois 2020, -5% sur les fromages  et -22% sur le beurre ; la poudre de lait écrémée est restée stable. La collecte est en baisse de 1% sur les 5 premiers mois de 2020, en lien avec la sécheresse qui a touché l’ïle du Nord.

Sur la campagne de juin 2019 à mai 2020, la collecte est donc en  léger recul (-0,4%) avec un cheptel en diminution. « Le prix du lait a été incitatif, tiré par la bonne demande internationale en ingrédients :  il a progressé de + 18% en dollars néozélandais par rapport à la campagne 2018/2019», a-t-elle souligné. Les exportations ont progressé de 12% en 2019 par rapport à 2018 . La progression est très nette pour la poudre grasse. Elle est également marquée pour la crème et la poudre de lait infantile, deux secteurs où il y a eu pas mal d’investissements réalisés ces dernières années.

Sur la nouvelle campagne qui a démarré en juin, "le prix prévisionnel est en baisse, entre 217 et 278 €/1000 l soit une baisse entre 4% et 25% par rapport à 2019/2020, une amplitude inédite liée  aux incertitudes.". 

A lire aussi: Nouvelle-Zélande : Fonterra annonce un prix du lait en baisse pour sa prochaine campagne

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière