Aller au contenu principal

Covid-19 : La Coopération Laitière doit faire face à des pertes massives de débouchés

Face aux pertes importantes de débouchés et aux surcoûts générés par la crise du coronavirus, les coopératives laitières misent sur les négociations commerciales en cours sur les MDD pour s'engager dans la reprise.

© J.C. Gutner

La coopération laitière annonce dans un communiqué daté du 11 juin des « pertes massives de débouchés provoquées par la fermeture des circuits RHF/RHD, de nombreux marchés de plein-air et des frontières. » Elle chiffre les pertes sur la période de mars-avril -mai  par rapport aux budgets prévisionnels à :

  • - 31% avec la RHD collective et commerciale,
  • -38% à l’export,
  • -47% en ventes directes aux consommateurs,
  • -35% avec les grossistes et les IAA
  •  -44% avec l’artisanat commercial.

Ces chiffres sont issus d'une enquête menée par la Coopération agricole sur le "bilan de santé économique et financière des coopératives agricoles" entre le 27 mars et le 27 mai. 17 coopératives laitières (5 ETI (Entreprise de taille intermédiaire), 11 PME, 1 TPE et 1 polyvalente) y ont participé.

Le communiqué rappelle les grosses  difficultés rencontrées par les filières AOP et IGP suite à un détournement de la consommation vers des produits de première nécessité (lait, crème, beurre :. « La moitié d’entre elles ont du recourir à des dons pour éviter de jeter des produits. »

La loi EGA doit jouer son rôle

En plus des pertes de chiffre d’affaires, les coopératives ont du faire face à des surcoûts : versement de primes aux salariés (par 76% des coopératives), achats d’équipements de protection (+94%), frais liés au stockage (+65%), et maintenance et nettoyage (+ 53%).

Les négociations commerciales sur les MDD sont « sans contexte l’un des leviers de reprise », affirment elles en soulignant que le bilan des négociations engagées était avant la crise et le confinement « plutôt positif ». La priorité est « d’éviter un décrochage durable et destructeur pour l’avenir » : la loi EGA doit rester le garde-fou de ces négociations. « Pendant toute cette période troublée, les coopératives laitières ont répondu présentes, elles ont su se réorganiser pour continuer à produire et à nourrir les Français (…), se félicite Damien Lacombe, président de la Coopération Laitière. Il n’en reste pas moins que les répercussions économiques et sociales sont réelles (…) Il est crucial pour la santé économique de nos coopératives que nos demandes soient prises en compte.»

A lire aussi Négociations commerciales 2020: la Coopération Laitière constate des avancées mais...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

La hausse du prix du lait attendue pour 2021, de 13 à 15 €/1 000 l, sera sans doute insuffisante pour couvrir la hausse des charges.
La filière laitière réclame des hausses de tarif vitales
Pour couvrir la hausse des charges, le prix du lait n'augmente pas assez. Laiteries, syndicats, fabricants... appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière