Aller au contenu principal

[Covid-19] "Les consommateurs achètent bio et notre gamme Merci !"

La Laiterie Saint Père (groupe Agromousquetaires) est très sollicitée durant la période de confinement due au coronavirus, pour fournir en lait UHT, crème, beurre et ultra-frais les Intermarché et Netto.

La Laiterie Saint Père (unité de production d'Agromousquetaires), en Loire-Atlantique, tourne à fond pour fournir les magasins Intermarché et Netto. "Le plus gros changement a été de réorienter le lait, du réseau "restauration hors foyer", même si ce débouché pèse un peu moins de 10% du chiffre d'affaires pour la laiterie, vers les magasins de détail, indique Claire Guillard, directrice commerciale et marketing de la Laiterie St Père. Et de rationaliser les gammes pour pouvoir répondre à la forte croissance de la demande des supermarchés. Nous ne fabriquons plus les références moins vendues pour nous concentrer sur les plus vendues."

Rationalisation des gammes

"Notre plus gros défi est de suivre le rythme dans la durée pour répondre à la demande, tout en protégeant les salariés", résume Claire Guillard. Les lignes de fabrication n'ont pas dû être modifiées à cause des mesures de distanciation, car elles sont relativement automatisées. Comme dans beaucoup de laiteries du Grand-Ouest, il y a peu d'absentéisme : environ 15 % des 350 salariés.

Les laits différenciés en croissance

Du côté des bonnes surprises, les consommateurs restent sensibles aux démarches de lait différencié. "Notre gamme "Les éleveurs vous disent Merci !" a connu un bond des ventes de +64% pour le lait UHT sur la semaine la plus forte. Pour le lait bio lancé en mars dernier, en un mois, nous avons vendu 14% de ce que nous pensions vendre sur un an. Les consommateurs ne se sont pas repliés sur les produits les moins chers. Leurs préoccupations restent les mêmes."

Lire aussi : La Laiterie Saint-Père s'engage pour le lait de pâturage et le bien-être animal 

Volume et prix du lait maintenus

La Laiterie Saint père a donc garanti le volume et le prix du lait à ses 362 exploitations partenaires (286 en conventionnel, 60 en bio, 16 en Bleu Blanc Coeur). "Nous garantissons, sur l'année, un prix de base à 350 €/1000 l. Avec des primes annuelles moyennes de 25 €, cela donne un TPQC de 375 €. Et pour les éleveurs engagés dans la carte bien être animal, animaux nourris sans OGM (premiers laits certifiés attendus en septembre) et lait de pâturage, la prime est de 21 euros (15 € pour le non OGM et 6 € pour le bien être animal et le lait de pâturage).

 

La force du modèle intégré

Le service logistique a dû aussi s'adapter. "D'habitude, toutes les commandes passent par les plateformes Intermarché. Les premières semaines ayant été très chargées, des livraisons "en direct" ont été organisées, des sites de fabrication vers quelques magasins Intermarché." Le modèle intégré d'Intermarché - de la production agricole aux rayons de supermarché - est une force pour gérer la crise actuelle. "Nous sommes agiles pour réorganiser en cohérence les réseaux."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière