Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] « Le conseil en élevage peut continuer à distance grâce aux capteurs »

Dans le contexte du coronavirus, Medria Solutions ouvre son bouquet de services à tous les éleveurs clients qui utilisaient jusqu’alors uniquement la détection de chaleur. L’objectif ? Permettre aux conseillers de Seenergi de continuer à accompagner les éleveurs, grâce aux données individuelles et de troupeau collectées par les capteurs.

Hélène Leconte, éleveuse. « J’apprécie le suivi à distance des ingestions et de la rumination. Si quelque chose cloche, je reçois une alerte par SMS. »  © DR
Hélène Leconte, éleveuse. « J’apprécie le suivi à distance des ingestions et de la rumination. Si quelque chose cloche, je reçois une alerte par SMS. »
© DR

Hélène Leconte, installée avec son mari à Bermonville, en Seine-Maritime, gère un troupeau de 180 Prim’Holstein réparties en deux lots, dont l’un se compose d’une soixantaine de vaches en début de lactation. « Au départ, si je me suis équipée en avril 2017, c’était seulement pour détecter les chaleurs. Jusqu’à maintenant, on équipait seulement le lot de vaches en début de lactation. Aujourd’hui, les colliers deviennent un outil de travail à part entière, je ne pourrais plus m’en passer », confie l’éleveuse.

Depuis le 24 mars et pendant au moins une durée de deux mois, Medria ouvre aux élevages déjà équipés de colliers(1) l’ensemble des services disponibles dans le bouquet (reproduction, nutrition & santé, conduite & bien-être) pour qu’ils bénéficient d’un maximum d’indicateurs de pilotage. « Cela nous a notamment fait découvrir l’intérêt de regarder de plus près la rumination et l’ingestion pour le lot de vaches équipées. Grâce aux conseils de notre conseillère qui consulte à distance toutes les données issues des colliers, on a un meilleur suivi des débuts de lactation. »

Pendant le confinement, les capteurs sont les yeux de Léa

 

 
« L’avantage des capteurs, c’est que les données sont consultables de n’importe où, témoigne Léa Boullard, conseillère à Littoral Normand. Du coup, j’ai un œil sur le troupeau de mes éleveurs, ce qui s’avère bien utile en cette période de confinement et de mise à l’herbe. »

 

Elle consulte les courbes de l’élevage d’Hélène tous les lundis. « Je surveille surtout les ingestions et les ruminations grâce au FeedLive. Si j’observe quelque chose de particulier, je l’alerte par SMS. Par exemple, la dernière fois le troupeau était monté à 700 00 cellules avec un taux d’urée à 300. Je lui ai demandé de m’envoyer des photos de bouses et de mesurer la température de la litière. » Au final, la conseillère a recommandé de baisser le soja de 500 g/VL/j et de rajouter du foin. Elle a pu consulter à distance l’évolution de la rumination et de l’ingestion du troupeau à 24 heures, puis à 7 jours pour voir comment la situation évoluait. 

« Dernièrement, j’ai également reçu une alerte pour la 4146 qui avait fortement baissé en rumination alors que son niveau d’ingestion était correct, raconte encore l’éleveuse. Comme elle avait aussi baissé en lait, j’ai appelé le vétérinaire. En fait, il s’agissait d’une insuffisance rénale. J’ai dû la drencher et j’ai surveillé ses courbes jusqu’à ce que tout revienne à la normale. L’alerte m’a sans doute permis de sauver cette vache. »

« Nous avons sauvé une vache grâce à une alerte »

Aujourd’hui, Hélène fait le choix d’équiper 100 % de ses vaches et 50 génisses. « Cela va nous permettre d’avoir une vue d’ensemble du troupeau. L’avantage, c’est que nous n’aurons ainsi plus besoin de changer les colliers. Ce sera plus simple à gérer. » L’éleveuse pourra surveiller facilement l’ensemble du troupeau et toutes les rations. « Nous regarderons par exemple si les vaches ont suffisamment à manger durant la nuit, si elles ruminent dans les logettes ou en station debout, si les temps de repos sont suffisants… »

(1) gamme rouge

Lire aussi Le monitoring du troupeau change de visage 

                Time’Live, un capteur au service du bien-être du troupeau

Côté éco

Ce bouquet de services Medria permet de piloter et suivre en continu la repro, la nutrition, la santé, le bien-être des vaches éuipées de colliers. Le capteur sert aussi d’indicateur de vêlage. En temps normal (hors confinement), avec 100 % du troupeau équipé, Medria met à disposition les capteurs et le service revient entre 2 et 3 € par animal et par mois, selon la taille du troupeau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière