Aller au contenu principal

Covid-19 : "Cette crise de la consommation ne doit pas devenir une crise de la production"

Réactive et solidaire face à la crise, la filière laitière doit maintenant retrouver du prix. Tel est le message que livre Thierry Roquefeuil, Président de la Fédération Nationale des Producteurs de Lait, dans sa tribune.

Thierry Roquefeuil, président de la FNPL

"Alors que le confinement dû à la crise sanitaire du Covid-19 modifié, dès la première semaine, la capacité d’emploi et les habitudes de consommation de la majorité des Français, les acteurs de la filière laitière sont restés au travail et ont montré leur capacité à fournir une alimentation variée et de qualité à leurs concitoyens.

Dès le début de la crise, les entreprises, dans leurs diversités, TPE, PME, grands groupes, coopératives font entendre leurs inquiétudes. Certains craignent des pertes jusqu’à 50% de leur chiffre d’affaires quand le mix produit de l’entreprise n’est pas favorable, alors que d’autres visualisent déjà l’arrêt de leurs usines en manque potentiel d’effectifs. Ces difficultés majeures semblent d’abord impacter l’aval, donc ! Cependant, pour garantir la continuité des contrats entre les producteurs et les entreprises, la FNPL s’implique fortement dans la recherche de solutions avec un seul mot d’ordre : parvenir à ne pas jeter de lait ! C’est chose faite !

Dès le 20 mars, nous demandons à la Commission européenne la régulation des volumes, le stockage, une aide pour la baisse de la collecte… Elle promet une réponse pour mai ! Si l’Europe organise les approvisionnements pour éviter une pénurie, elle ne s’inquiète pas des volumes pour le mois d’avril. Nous décidons d’aller plus loin, et plus vite pour répondre à l’urgence de la crise.

À raison de trois rendez-vous par semaine, la filière organise la solidarité. Ce n’est pas aux producteurs de payer la crise. Si un effort est consenti sur la réduction des volumes, il doit être indemnisé. À la demande de la FNPL, le CNIEL met à disposition une réserve de 10 millions d’euros pour constituer un fond compensatoire.

Face aux demandes fortes de la distribution, certaines entreprises de transformations ont été capables de produire + 300% de lait UHT, + 200% de beurre et de crème en faisant tourner les usines 24h/24h. Dans le même temps, d’autres se tournent vers les marchés de poudre de lait qui s’effondrent à 242 euros en avril, car leurs lignes de production ne correspondent pas à la demande. Devons-nous nous interroger sur la flexibilité des outils de nos entreprises ?

La présence des acteurs de la distribution au sein de la filière a permis une coordination maximale    Et une bonne réactivité de la filière. Dans ce contexte de crise, la FNPL remarque que le maillon distribution a respecté ses engagements tarifaires pris en février dans l’esprit des états généraux de l’alimentation. Ces relations commerciales solides doivent perdurer, car des incertitudes demeurent, notamment concernant la reprise des marchés de restauration collective et hors-foyer.

La FNPL reste largement mobilisée. Cette crise de la consommation ne doit pas devenir une crise de la production. L’État français a accordé des prêts garantis aux entreprises, des aides via le chômage partiel… Nos partenaires doivent trouver des solutions pour que le prix du lait soit correctement payé en 2020. La démarche France-Terre de lait est plus que jamais d’actualité. Le prix de revient des producteurs de lait reste de 384 euros/1000 L pour se rémunérer à hauteur de deux SMIC. Nous en sommes encore loin."

 

Sur le même thème :

Feu vert de Bruxelles pour le dispositif national de réduction de la production de lait

Détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

La filière laitière bouleversée par le Covid-19

Face au covid-19 : des situations très disparates dans la filière laitière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière