Aller au contenu principal

Contrats cadre laitiers : France Milk Board s’impatiente

Les négociations avec Lactalis et Savencia n’avancent guère. Les laiteries Vaubernier et Sill Malo semblent vouloir finaliser leur contrat cadre d’ici la fin de l’année.

Assemblée générale France Milk Board 2020
Lors de l'assemblée générale France Milk Board 2020, les deux co-présidents Denis Jehannin et Nicolas Legentil rappellent que les formules de prix doivent intégrer l'ensemble du mix produits des industriels, y compris les produits à haute valeur ajoutée. La transparence des valorisations doit être encadrée par les pouvoirs publics".
© Association d'OP FMB

« La Médiation des contrats nous a appelé fin août au sujet de notre saisine concernant Savencia, sachant que nous avons demandé une première médiation fin 2019 ! », illustre Denis Jehannin, co-président de l’association d’OP France Milk Board (FMB Grand ouest et FMB Normandie), concernant les blocages dans les négociations et la lenteur de la Médiation des contrats.

Avec Lactalis, le contrat cadre signé en mars 2019 est remis sur la table des négociations, pour réviser la formule du prix du lait (1), conformément à ce que l’AOP et Lactalis avaient prévu à la signature. « Le problème est que la formule semble leur convenir comme cela. Ils trouvent que le prix de revient actuel à 355 €/1000 l est suffisant. »

FMB défend une revalorisation de la référence au prix de revient. « L’objectif des OP est le 396 €/1000 l du Cniel. »

Les questions de FMB sans réponses

Mais FMB souligne aussi d’autres points qui posent problème. Un manque de transparence sur le critère PGC France : « Quelle est la part des indices de prix Insee des fromages, des yaourts… dans ce critère PGC France ? On ne le sait pas. Le mix produits de Lactalis est-il vraiment la réplique du mix produits de la transformation laitière française ? Nous, organisation de producteurs, nous sommes toujours en attente de la certification du mix produits de l'entreprise. »

Pour la référence PGC export, « la référence est le prix allemand, qui est composé en partie par du prix beurre poudre". Or la valorisation beurre poudre est déjà prise en compte avec la référence « Produits industriels ». Et "Lactalis exporte sûrement aussi des PGC mieux valorisés que les 300 €/1000 l du prix allemand".

Du côté des espoirs, France Milk Board cite la reprise des négociations avec Vaubernier et Sill Malo pour aboutir à un accord cadre, « on espère d’ici la fin de l’année ».

(1) 25% PGC France, ET 25% de prix de revient, ET 30% de Produits industriels, ET 20% de PGC export.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière